Les Haladins de Brethil Index du Forum
Les Haladins de Brethil Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Les Armes Divinicides
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Haladins de Brethil Index du Forum -> Salle des archives -> Oubliettes ! -> L'Antre de Beticok Sqazle -> Chroniques de Beticok Sqazle
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mer 27 Avr - 19:50 (2011)    Sujet du message: Les Armes Divinicides Répondre en citant

Thurin est dans sa tente, et s’adonne joyeusement à son occupation habituelle avec de magnifiques prisonnières, quand il ressent un tiraillement familier dans son esprit. Il finit sa besogne puis enfile rapidement quelques vêtements.
 
- Alors ! As-tu trouvé quelque-chose ?
- Oui, répond une voix désincarnée ! Réunis quelques hommes de valeur, et j’arriverais avec le jeune ! On vous expliquera tout.
 
Le chef des Écorcheurs attrape sa hache et sort dans le camp : Il fait encore nuit. Il va d’abords trouver les guerriers en qui il a le plus confiance : tout d’abord il va voir Haroutioume, qui s’amuse encore à trafiquer d’étranges machines, sans faire attention à l’heure avancée. Ensuite, il trouve Akka, encore occupée à boire de la bière, ne dormant pas pour pouvoir boire plus. Il tente bien de réveiller aussi Ragnar, mais celui-ci étant rentré en période d’hibernation, il abandonne rapidement tout espoir de réussite.
 
Thurin réfléchit un instant, puis se décide. Il va d’abord chercher Leso Varen. Sa magie ténébreuse pourra être utile, et il connaissait assez son père pour avoir toute confiance en lui. Puis il se décide également à convoquer Krissom, un nouveau venu dont le potentiel est plein de promesse. Puis il laisse le reste du camp dans les bras de Morphée, et les amène dans la tente de commandement.
 
Trois personnes s’y trouvent déjà installées. Un nain et un elfe exultent une aura obscure, ce qui permet à Thurin de comprendre leurs identités sans aucun doute possible : ces deux là sont des êtres démoniaques incarnés dans le monde des vivants, Beti et Koci, le ménestrel et le Seigneur des Cauchemars. Le troisième est un orc, et le nain se pose la question de sa présence ici. Puis il croise son regard, et il y reconnait une étincelle. Il sourit :
 
- Krastys ! Que fais-tu ici, et dans cette forme affreuse ?
- Je l’ai trouvé sur la route, répond Kociteb, et j’ai décidé de l’amener ! Un allié si puissant ne peut qu’aider ! Et il a l’air intéressé par l’aventure !
- Et pour ce qui est de la forme, ajoute l'orc, j’étais en mission d’infiltration pour ma guilde ! Mais il n’y en avait pas vraiment besoin, et j’ai pu les décimer tranquillement !
 
Krastys le changeforme avait le sourire aux lèvres en disant ceci. Il était craint dans tous les mondes connu car on disait qu’il changeait de visage si souvent qu’il avait fini par en oublié celui qu’il avait à l’origine. Seule l’étincelle flamboyante de son regard enflammé pouvait permettre de le reconnaître, et c’était ainsi qu’il était devenu un maître de l’infiltration et de l’assassinat !
 
- Bien, reprend Kociteb de sa voix dure, une fois tout le monde installé. J’espère qu’aucun de vous n’a peur de la mort !
 
Les Écorcheurs éclatent de rire à l’insulte à peine voilée.
 
- Car nous allons aller quelque part dont les gens ne reviennent normalement pas ! Le voyage sera dur et périlleux, et si vous ne vous sentez pas de le faire, restez ici ! Rien de ce que vous avez vécu, pas même le siège de Quel Thalas, n’a pu vous y préparer !
- J’ai vécu deux mois sans pouvoir boire d’alcool, fait remarquer Akka !
- Eh bien ce n’est pas encore le pire qu’il puisse t’arriver ! Notre destination cette fois sera les Enfers, et seul Beticok et moi-même avons une idée de son apparence ! Les Enfers, c’est comme un cauchemar dont on ne peut se réveiller, alors je ne veux personne avec une demi-résolution pour nous accompagner.
 
Les Écorcheurs pensent au début que Kociteb souhaite les effrayer, mais ils regardent alors le visage de Beticok : Celui-ci, aux traits habituellement joviaux et au sourire facile, a le visage empreint d’une dureté étrange. Ils comprennent tous que les promesses du démon seront tenues, mais ils sont des Écorcheurs, et ils ne flancheront pas.


Kociteb voit la lumière de résolution qui brille dans les yeux des autres, et il sourit. Ils suivront.
_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 27 Avr - 19:50 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Jeu 28 Avr - 19:00 (2011)    Sujet du message: Le sang du Tartare Répondre en citant

Les huit sont réunis dans la tente. Les nouveaux venus regardent dans la direction de Kociteb, mais celui-ci ne leur offre qu’un sourire en tant que réponse, puis indique d’un geste de la main le chef des Écorcheurs, assis à leurs côtés.
 
- Thurin ! A toi l’honneur !
- Hmmrf, commence-t-il en s’éclaircissant la gorge ! J’ai grande confiance envers tous ceux qui sont ici ! Un chevalier d’une des plus grande lignée Haladine, commence-t-il en regardant Harou, les plus fidèles des Haladins, continue-t-il en se tournant vers Akka et Beticok, de fidèles et puissants alliés, adresse-t-il à Kociteb et Krastys, le fils d’un brave, à l’égard de Leso junior, et une de nos recrue les plus prometteuses, finit-il en dévisageant Krissom ! Certains s’en souviennent, d’autres n’en n’ont qu’entendu les rumeurs ! Mais Asgard a déclaré la guerre aux Haladins, et nous ne prévoyons pas de vivre une vie de rapines faciles et de pillages incessants ! Nous regroupons des troupes et des forces, mais notre but est et reste la vengeance ! Nous irons saccager Asgard !
 
Certains baissent les yeux au sol en souvenir d’amis disparus, d’autres écoutent avec attention le récit de Thurin, mais tous ont la main serrée sur le manche de leur arme. Fut-il face à un dieu, un Écorcheur ne battra pas en retraite ni n’abandonnera ! Seul la victoire et la mort peuvent mettre fin au combat d’un de ces fiers guerriers.
 
- Nous avons, reprend Thurin, du affronter un dieu à la fin de cette guerre ! Et si nos forces continuent d’augmenter, et que je sais que nous aurons un jour la puissance militaire requise, il nous reste d’autres problèmes à résoudre ! Je laisse maintenant la parole à notre ménestrel, il saura mieux vous expliquer !
- Bien, commence alors Beticok ! Nous sommes puissants, mais tels que nous sommes maintenant, nous ne pourrions défaire un seul ennemi ! Asgard est encore hors de notre portée !
 
L’atmosphère se fait rageuse, et Beticok sourit.
 
- Tu vas voir si on ne peut en défaire un seul, fait remarquer Akka en serrant sa hache dans sa main !
- Pas la peine Akka ! Tu n’arriverais même pas à blesser un dieu !
- Tu veux parier, s’écrit-elle en se levant !
- Non, rétorque-t-il ferme ! Je n’aurai aucune gloire à gagner un pari gagné d’avance !
 
Tous sauf Thurin, Beticok et Kociteb se lèvent.
 
- Tu cherches à nous insulter !
- Non ! Je connais vos capacités ! Mais vous ne connaissez pas celles de nos ennemis ! Oh ! Je ne dis pas que vous seriez facilement anéantis ! Mais vous perdrez au final ! Peu importe le nombre de coup que vous réussirez à porter, aucun ne blessera l’ennemi ! Et ce n’est pas une question de puissance !
- Mais quoi alors, dit Harou, alors que tous se rasseye ?
- C’est une question d’essence, fait remarquer Kociteb ! Une arme de ce monde ne peut blesser un dieu ! C’est tout !
- C’est pourquoi je leur ai demandé de trouver un moyen d’affronter les dieux, continue Thurin.
 
Tous se taisent finalement, et se retournent vers leur chef, les yeux grand ouverts d’effarement !
 
- Tu le savais Thuthu, demande Akka ?
- Bien sûr ! Seule la masse de Durin avait pu le blesser ! Et elle n’a pas supporté le choc ! Il était clair qu’en plus d’une force militaire, il nous faudrait des armes capables de tailler la chair divine !
- Et pourquoi les Enfers, demande Krissom, pragmatique ?
- Eh bien, reprend finalement Beticok ! Il y a bien longtemps eut lieu une grande guerre, pour la suprématie de ce monde ! En face des dieux se tenaient les gigantesques titans, et ce fut au prix des pertes terribles que les dieux parvinrent à gagner, et à enchaîner leurs redoutables adverses dans les entrailles de la terre, dans le Tartare, où ils subissent encore milles tortures ! Et il est dit que le sang des titans est aussi puissant que celui des dieux, et qu’une arme trempée dans celui-ci sera capable d’entailler la chair divine ! Nous allons donc là-bas dans le but de faire de nos armes des armes tueuses de dieux, des armes divinicides !
_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Ven 29 Avr - 18:07 (2011)    Sujet du message: Catastrophe et séparation Répondre en citant

- On est bientôt arrivé ?
 
La voix d’Akka résonna puissamment à l’ombre des arbres de la forêt ténébreuse. L’atmosphère du groupe commençait à s’épaissir, et les constants larmoiements de la naine échauffaient les humeurs. Cela faisait la vingtième fois qu’elle posait cette question en cinq minutes, et plusieurs heures qu’elle conservait ce ratio de questionnement.
 
Le voyage avait bien commencé, calmement. Tout le monde s’était préparé pour les circonstances, et après une dernière soirée arrosée pour fêter ce départ en croisade, le groupe s’était mis en marche. Krastys avait temporairement pris une forme elfique, et en avait profité pour servir d’éclaireur avec Beticok. Ils faisaient tous deux de fréquent aller-retour, et leur efficacité avait décuplé dès qu’ils avaient mis les pieds dans la forêt.
 
Tous avaient gardé le silence depuis le début. Ils savaient aller aux Enfers, même s’ils ne connaissaient le moyen d’y mettre les pieds. Ils se doutaient que Beticok, ou Kociteb, connaissait le chemin. Alors ils suivaient. Mais quand après quatre jours de marche éreintante, ils se firent attaquer par une groupe, et même plutôt une horde, de platyrhiniens chapardeurs, une catastrophe se produisit.
 
Bien sur, ce n’était certainement pas une bande de singe, même de deux mètres de haut et avec des crocs aussi effilés que des lames de rasoir, qui allaient menacer la sécurité de huit Écorcheurs. Mais si la bataille fut courte, et la victoire de nos braves totale, nos ennemis eurent le temps d’accomplir le plus terrible des méfaits : ils disparurent dans les bois en emportant les réserves de bières.
 
Le groupe s’était séparé après ce désagréable coup du sort. Avec leurs sens elfiques, Krastys et Beticok étaient partis à la poursuite des voleurs, tandis que les nains avaient continués leurs routes sous les ordres de Kociteb. Et Akka ne leur avait pas laissé une minute de repos depuis qu’elle était sobre. Les nains avaient déjà l’impression d’avoir mis les pieds en enfer.
 
Le reste du groupe n’avait aucune nouvelle des deux elfes, mais ils n’en avaient pas grand-chose à faire. Ce qui les inquiétait plus, c’était de n’avoir aucune nouvelle de leur chargement de bière. Et, la tension montant, ils commencèrent, en particulier Akka, à poser des questions sur leur destination. Après deux jours de questions incessantes, Kociteb craqua, et leur expliqua :
 
- Il existe de nombreuses façons de pénétrer en Enfer ! Ce n’est pas le problème ! La véritable question, c’est : peut-on en sortir ?
- Certains l’ont fait, non, fit remarquer Thurin ?
- Oui ! Et c’est le premier point ! La façon la plus simple de se rendre en Enfer est de mourir, mais si on fait ce choix, il n’y a aucun moyen de revenir… enfin pour vous !
- Quoi pour nous ?
- Beticok et moi-même sommes des esprits incarnés ! Nous ne sommes pas véritablement vivants pour commencer ! Si vous mourrez, et que votre esprit parvient à s’enfuir des Enfers, vous ne serez qu’un fantôme, un spectre qui se dissipera petit à petit ! Nous, nous aurons juste à trouver un corps différent dont on prendra possession ! Mais comme on prévoit de revenir tous ensemble, il vaut mieux choisir une autre entrée !
- Laquelle ?
- On pourrait prendre un bateau, et tenter de remonter un des cinq fleuves infernaux, mais je sais que le bateau n’est pas le moyen de transport préféré des nains ! Alors on a cherché et trouver une autre option !
- Et c’est… !
- Avez-vous déjà entendu parler des mines maudites de Karbarok, demanda innocemment Kociteb, un sourire mauvais sur le visage ?
 
Les nains tremblent à ce nom maudit depuis des générations par leur peuple !
 
- Et bien si on va assez profondément, on y trouvera une entrée ! Notre entrée !
_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Sam 30 Avr - 11:55 (2011)    Sujet du message: La légende de Karbarok Répondre en citant

Krastys fait un léger geste de la main. La végétation aux alentours est dense et drue, telle une barbe de nain, mais les yeux perçants de son compagnon, de l’autre côté du groupe de platyrhiniens chapardeurs, en suivent le moindre mouvement. En réponse, il lève deux doigts, montre des créatures, puis cligne de l’œil. Tout cela allongé sous un buisson. Mais les yeux de Krastys sont aussi bons que les siens, et le message passe.
 
Le changeforme se concentre, et reprend sa massive forme d’orc, une forme efficace pour inspirer la peur, vu la force et les mauvaises habitudes alimentaires de ces derniers. Devant ses yeux, le monde s’assombrit, mais les odeurs prennent forme et lui permettent de cerner son environnement avec assez de précision pour la tâche qui l’attend. Il lève une main et entame le décompte : Trois ! Deux ! Un !


 
Sans attendre de voir un quelconque changement, il saute au milieu de la meute ennemie. Et de ses mains puissantes fracassent quelques crânes. Pendant se temps, Beticok, qui a éliminé les deux singes qui gardaient les barils volés, achèvent sans la moindre hésitation ceux qui tentent de fuir. Une fois les environs proches dégagés, Krastys attrape l’épaisse lanière de cuir qui pend à sa ceinture, et ramasse une pierre, une pierre de la taille d’une tête humaine. Il place le projectile dans la bande de cuir, vise, et tire, et tout cela en quelques secondes à peines. Deux ennemis se retrouvent écrasés contre un tronc arbre, sous l’effet puissant de la fronde.
 
La bataille prend rapidement fin, et quelques ennemis parviennent à s’échapper, mais les deux compagnons estiment préférable, connaissant l’humeur de leur camarade, d’assurer le bon état des fûts plutôt que de chasser un ennemi défait. Puis ils s’installent à côté de leur butin et prépare un campement provisoire. Après une journée de chasse sans pause, ils ont besoin de restaurer leurs forces. Krastys, qui avait profité de la chasse pour pauser quelques questions à Beticok sur leur destination, décide alors de reprendre son interrogatoire :
 
- Beti, dis-moi, que sont les mines de Karbarok ?
- En as-tu déjà entendu parler, demande l’elfe ?
- Oui et non. J’ai déjà entendu ce non, une seule fois ! Et maintenant, cela ne me dit rien qui vaille !
- Oh ! Ce n’est pas étrange ! Ce qui est étrange par contre, c’est que tu en ais déjà entendu parler ! Mais ça ne devrait pas m’étonner ! Tu as surement laissé trainer tes oreilles quelque part !
- Oui, répond alors Krastys ! Je m’étais aventuré dans un des vieux royaumes nains, au Svartalfheim ! J’étais discrètement en train de boire dans la taverne, quand un groupe d’aventuriers humains est venu ! Ils avaient apparemment trouvé une carte menant vers des richesses depuis longtemps oubliées ! Comme elle était en glyphes naines, ils avaient du venir jusqu’ici pour la déchiffrer ! Et ils ont découvert que leur destination était les mines de Karbarok ! Ils ont dis chercher un guide. La salle s’est figée. Puis ça a été une explosion de panique ! Tous les nains se sont précipités chez eux dans la cohue, et les seules qui restaient dans la taverne étaient soit évanouis, soit en train de trembler de peur sous les tables ! Et il y avait parmi eux des chevaliers craints dans les sept royaumes nains ! Quand je pense à un endroit capable de provoquer une telle frayeur chez un peuple si courageux, je me dis qu’il serait mieux de ne pas avoir à y mettre les pieds !

 


- Ouais ! Et c’est pour cela qu’on y va !
- Que veux-tu dire ?
- Je vais te raconter l’histoire des mines de Karbarok ! Il n’est pas nécessaire de remonter à la fondation des mines pour comprendre, mais ces mines devinrent rapidement la plus grande exploitation minière naine à l’extérieur de Svartalfheim ! A l’époque, les nains n’étaient pas aussi nombreux qu’aujourd’hui dans les terres communes ! Il est dit que le vingt-troisième roi des mines de Karbarok succomba au charme pervers et insidieux d’Abbathor, maître de la cupidité, ce qui le poussa à agrandir sans énormément les mines. Mais il oublia, ou plutôt refusa, pour ne pas faire d’offrandes, de consacrer ces nouveaux tunnels à Dumathoïn ! Cela fonctionna quelques temps, puis des nains commencèrent à disparaître. Et plus les tunnels s’enfonçait dans les profondeurs, plus ces disparitions devinrent fréquentes ! La peur s’empara des cœurs, et être mineur devint plus risqué que jamais dans l’histoire naine ! Selon certains registres, il y eut pendant un temps deux guerriers nains assignés à la protection de chaque mineur ! Il y eut une grande guerre, et les troupes naines des sept royaumes vinrent au secours des leurs parents ! Après de terribles batailles, ils atteignirent le fond de la mine, et entre les tunnels écroulés, ils arrivèrent dans une caverne, face à une lourde porte d’ébène, et réussir à fermer celle-ci avant que d’autres créatures terribles s’en échappent ! Ce fut une victoire, mais seul quarante sept nains, des dizaines de milliers de guerriers envoyés, revinrent vivant en Svartalfheim ! Ce sont les fondateurs des 47 maisons de chevaleries de l’ordre du marteau d’airain ! Ils ont juré de ne jamais laisser une telle catastrophe se reproduire ! Le royaume des mines de Karbarok ne s’est jamais relevé, et les survivants se sont dispersés aux quatre coins du monde ! Et rapidement, certaines rumeurs se mirent à courir comme quoi d’étranges créatures avaient de nouveau été aperçus dans les souterrains, des rumeurs disant que les portes des Enfers étaient de nouveau ouvertes ! Et jamais aucun des nombreux aventuriers qui partirent là-bas en quête des trésors de cette civilisation disparue n’est jamais revenu !
 
Krastys expire l’air qu’il a retenu à l’écoute de l’histoire :
 
- Eh ben dis donc ! Un endroit parfait pour passer des vacances on dirait !

 

_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Sam 30 Avr - 19:09 (2011)    Sujet du message: l'entrée des mines Répondre en citant

Deux jours plus tard, et pour le plus grand bonheur des nains assoiffés, Krastys et Beticok rattrapèrent leur retard et arrivèrent à rejoindre le groupe. Ils finirent de traverser la sombre forêt, et s’ils durent faire face à quelques périls, ceux-ci ne furent point assez remarquables pour être contés ici : Ils évitèrent les arbres anthropophage, repoussèrent des attaques de brigands, et traversèrent les milles obstacles de ces bois aux reliefs incertain. Et maintenant, enfin, au terme d’une longue marche éreintante, ils arrivent au pied de la montagne
 
Et rapidement, ils trouvent l’entrée, le portail ! Et ils restent ainsi, bouches bées, figés, devant le spectacle grandiose qui embrase leur vue. Au milieu des rochers imposants trône rude et solitaire un portail immense fait de l’argent le plus pur. Quinze gemmes d’une beauté incomparable siègent paisiblement au sommet du porche, entourées par des lettres cisaillé dans un or éclatant. Et devant cette beauté irréelle, le groupe ne peut que rester stupéfait. Après un moment, les nains commencent à avancer, comme hypnotisés par le portail.
 
- Stop, s’écrie Beti ! Ce n’est pas le moment !
 
Les nains se réveillent douloureusement, mais on encore du mal à se repérer, et Beti et Krastys sont obligés de les guider à l’intérieur. Une fois qu’ils sont éloignés du portail, les nains commencent à reprendre leurs esprits !




 
- Que s’est-il passé, demande Thurin ?
- Vous avez été comme envouté par le portail !
- Envouté, demande Krissom ? De quelle manière ?
- Eh bien, explique le ménestrel, d’après la lueur que j’ai pu apercevoir dans vos yeux, si je ne vous avais pas arrêtés, vous auriez démonté le portail et décidé de la transporter avec nous !
- C’est une bonne idée, fait remarquer Leso, les yeux encore un peu vague !
- Non, ce n’est pas une bonne idée ! On va en Enfer, et les souvenirs, on les prendra au retour si on en veut ! On ne va pas transporter 15 tonnes d’argent, d’or et de pierres précieuses dans le royaume des morts quand même !
 
C’est mots choquants font définitivement reprendre conscience au groupe. Aucun nain n’accepterait de faire disparaitre de telles richesses de la surface de la terre. Mais cette étrange aventure, ajoutée à la marche de la journée, a épuisée les forces de nos nains, qui décident de faire une pause, le temps de boire quelques pintes bien remplies.




 
- Beti !
 
Le ménestrel se retourne et aperçoit Kociteb. Ou plutôt, le corps d’emprunt du Seigneur des Cauchemars.
 
- Pour la suite, je risque d’avoir besoin de mon apparence, lui explique son compagnon ! Viens donc m’aider à cacher cette enveloppe charnelle ! Que je la retrouve en bon état au retour !
 
Les deux compagnons vont à l’écart du groupe, et commence à briser la roche pour créer une cavité où placer le corps. Il leur faut tout de même quelques heures pour avoir la taille requise, puis Kociteb s’allonge au sol et ferme les yeux. Une épaisse fumée noire, concentré de milliers de rancœurs et terreurs, sort de sa bouche, et il reprend sa forme originelle. Puis l’imposant démon, se retrouvant à genou dans son corps géant de vermeille et d’ébène, sourit et replace les rocher devant la chair qu’il a abandonnée.


Twisted Evil
 
Leur œuvre faite, les deux êtres retournent au campement, et Akka se jette dans les bras de son démoniaque ami. Mais il suffit d’un coup d’œil pour comprendre que quelque chose est de nouveau arrivé. Le campement est plein de sang et d’autres fluides visqueux, et surtout, et plus préoccupant, deux nains manquent à l’appel. Ni Krissom, ni Harou, ne peuvent être vus !
_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 1 Mai - 12:08 (2011)    Sujet du message: Crise de nerfs Répondre en citant

- Je crois bien qu’on est perdu, fait remarquer Krissom !
- Non, répond Harou ! Des nains dans une mine ne peuvent se perdre !
- Alors tu décrirais comment notre présente situation ?
- On est riche, peut-être ?
 
Et en effet, ils le sont ! À leurs pieds trainent de nombreuses gemmes et des lingots d’or. Pendant la bataille étrange qui se passa dans l’entrée de la mine, alors que Beticok et Kociteb s’étaient absentés, le groupe de nains avait été séparé. Et si les autres n’avaient pu apercevoir que les grandes et maigres créatures qui les avaient attaqués, Harou et Krissom avaient pu remarquer la raison de l’embuscade : les créatures tentaient de détourner l’attention des nains tandis que leurs congénères transportaient de multiples richesses ! Et ils n’avaient pas attendu, et s’étaient tous deux lancé à la poursuite du butin fuyant.
 




- On est riche, agrée Krissom, je ne peux pas le nier, mais on est aussi perdu !
- Non, répète à nouveau Harou ! Nain plus souterrains égal pas perdu !
- Tu bugues Harou ! Mais comment t’expliques alors, si on n’est pas perdu, que nous ne puissions pas retrouver notre chemin ?
- Eh bien, je crois qu’on peut dire qu’on est temporairement à la recherche d’une issue permettant de retrouver nos compagnons…
- Ouais, on est perdus quoi ?
 
Harou tente de nier une fois de plus, mais il s’arrête avant que le moindre son ne sorte de sa gorge. Pensivement, ses doigts triturent sa barbe drue, mais il est forcé d’admettre que son compagnon a raison. Il n’en aime pas l’idée, et n’a pas envie de l’admettre, mais c’est le cas !
 
- Oui, s’exclame-t-il avec colère ! T’as raison ! On est perdu !
- Pas la peine de crier, réponds calmement Krissom ! C’est pas grave ! On va juste se balader un peu pour retrouver notre chemin !
 
Puis, en sifflotant, Krissom charge une partie du butin sur ses épaules et commence à marcher, sans faire attention à ce qui se passe derrière lui. Et justement, derrière lui, le peu de raison qui restait dans la cervelle tourmentée de Harou a fui. Les yeux injectés de sang, la nain ramasse une pierre de plusieurs kilos et la lance sur son compagnon qui s’écroule. Puis il se jette sur le nain à terre, lui agrippe le col, et s’approche pour lui murmurer, une lueur folle dans le regard :
 
- Pas grave… pas grave ??? PAS GRAVE !!! Si c’est pas grave, explose-t-il, tu peux m’expliquer pourquoi tu n’arrêtes pas de répéter qu’on est perdus depuis une heure ? Pourquoi tu me fais chier depuis une heure, hein ? Pourquoi ?
 




Bien sûr, le tir précis et les chocs contre le sol ont quelques peu endommagé les capacités cognitives de Krissom, qui n’arrive qu’à balbutier quelques mots dénué de sens, et qui ne peuvent calmer la colère de son compagnon.
 
Et c’est ainsi que nous allons les quitter pour le moment, Krissom à la limite de l’évanouissement, et Harou continuant à le maltraiter. Pour les sceptiques qui tenteraient de nier la possibilité d’une telle scène, précisant que les nains sont bien plus solides que les hommes, je tiens à préciser que Harou en colère ne fait preuve d’aucune restriction ! Krissom est encore vaguement conscient, alors qu’un humain serait bien évidemment devenu une peinture écarlate (avec des soupçons de blancs et gris à l’endroit du choc crânien) pour décorer les tunnels alentours !



_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 1 Mai - 17:56 (2011)    Sujet du message: Débats Répondre en citant

Les six autres compagnons sont assis en cercle, et un air pensif s’affiche sur leurs visages empreints de sérieux. Le silence pèse pendant quelques secondes, puis Thurin prend la parole :




 
- On n’a rien perdu ! Rien n’a été volé ! Mais Krissom et Harou ont disparus !
- C’est triste, avoue Akka, son visage et son regard démentant ses paroles.
- Nous devons décider de ce que nous allons faire…
- On peut boire un coup !
- Il y a plusieurs options ! La plus idiote, mais on peut toujours la choisir, serait de se séparer pour les chercher !
- Le problème, explique Beticok, c’est qu’il faudrait avoir un moyen sur de se retrouver après ! Et ça, c’est pas simple !
- Laissons tomber cette option, agrée Leso junior.
- Bien, acquiesce Thurin ! Deuxièmement, c’est l’option la plus normale ! Partir en groupe à leur recherche !
- Mais on risque de perdre beaucoup de temps, remarque Kociteb ! Et on risque même de s’éloigner d’eux !
- La troisième, continue le chef, se serait d’attendre qu’ils nous retrouvent !
- Toujours une perte de temps, dit Akka ! Et on n’a pas assez de réserve de bière pour pouvoir nous permettre d’attendre !
- Et la dernière, la plus cruelle ! Et donc la plus digne des Écorcheurs, c’est de les abandonner ! On se dit qu’ils se débrouilleront bien tous seuls et nous on continue notre route !
- Pas mal !
- Je suis pour !
 
Et ainsi, cinq des compagnons se mettent d’accord. Seul reste Krastys, silencieux, qui semblent pensif. Le groupe attend qu’il donne ses idées, mais comme il ne parle pas, Akka le secoue et il s’étale au sol, endormi. La naine le réveille d’une manière pleine de délicatesse à coups de haches, et lui fait rapidement un résumé de la situation. Il réfléchit un instant avant de faire une proposition :
 
- J’ai une autre option !
- Quelle serait-elle, interroge Thurin intéressé ?
- Dans ma forme d’orc, mon odorat est assez développé pour suivre la piste de quelqu’un ! Je peux partir de mon côté et tenter de les retrouver, puis ensuite suivre votre piste avec eux ! Vous, vous continuerez votre route, et on se retrouvera rapidement.
- Penses-tu pouvoir nous rattraper, demande Thurin après une courte réflexion ?
- Oui ! Vous devrez faire face à des obstacles et à des choix, alors que je n’aurais qu’à suivre vos traces. De plus vous avancerez prudemment pour éviter les pièges, alors que si je suis vos traces, je n’aurais pas un tel problème !
- Tu es le maître de la traque après tout ! Nous allons donc faire comme cela !
 
Krastys sourit et se lève. Il est encore dans sa forme elfique. Il se concentre et ferme les yeux. Ses oreilles pointues se rétractent et disparaissent alors que sa peau devient verte. Il perd un peu de taille, mais ses muscles s’épaississent, pour devenir puissants, et sa fine et brillante dentition se transforme en une rangée de crocs jaunâtres acérés. Puis il se baisse et renifle les alentours, avant de s’élancer seul dans un tunnel noir.




- Eh bien, dit Beticok ! Il ne perd pas de temps ! Peut-être que nous devrions y aller aussi !
 
L’elfe se lève, rapidement imité par le reste du groupe, et quand il commence à se mettre en route, il se frappe le front et jure :
 
- M##### ! J’ai oublié de leur parler de la malédiction !
- La malédiction, demande Akka ?
- Eh bien, il y aurait des cadavres de nains qui auraient été maudits et possédés par Abbathor le cupide, et qui par conséquent attirent vers leur mort les aventuriers en quête de richesse !
- C’est mauvais ?
- Très mauvais, avoue l’elfe ! Mais bon, finit-il par dire en retrouvant le sourire, on peut plus rien y faire !



_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 2 Mai - 19:23 (2011)    Sujet du message: La vengeance est un plat qui se mange froid! Répondre en citant

Krissom s’arrête. Il essuie le sang qui lui coule devant les yeux, et resserre le bandage de fortune qu’il a au niveau du front. Puis il se retourne et aperçoit Harou, qui s’est arrêté, plus loin devant. En quelques enjambées, il le rejoint.
 
- Qu’est-ce que tu fais ?
- Il n’y a plus rien devant, explique Harou. Plus de sol, plus de tunnel ! c’est un simple précipice, et il a l’air profond !
- Oh, vraiment !
 
Krissom ramasse une pierre, et la jette dans le vide. Les deux compagnons attendent, mais aucun son n’arrive jusqu’à leurs oreilles.
 
- Vraiment très profond, dit Harou.
 
Mais Krissom ne lui prête plus attention, et fouille dans son paquetage avant d’en sortir une belle barre argentée, part du trésor qu’ils ont amassé. Il attrape la barre par un bout, et d’un magnifique mouvement rotatif, propulse l’autre extrémité au niveau du postérieur de son camarade. Harou fait un bond, remue désespérément les bras et tente de se raccrocher à quelques aspérités, à quelque espoir, mais déchante et chute.
 
- Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !
 
Satisfait, un sourire triomphant sur les lèvres, Krissom tend ses oreilles et écoute le doux bruit de la chute de Harou, avant de s’exclamer :
 
- Ah ! Que c’est agréable !
 
C’est à peu près à ce moment qu’il entend la course lourde qui arrive derrière lui. Il se retourne et voit arriver Krastys, sous sa forme d’orc.
 
- Où est Harou, demande ce dernier ?
- Il a chu ! Il n’a pas fait attention et est tombé dans ce précipice.
 
Tout en prononçant ces paroles, Krissom affiche sur son visage un sourire qu’on pourrait qualifier d’innocent (mais comme c’est un nain, on remarque tout de suite que c’est une supercherie), et tente de cacher la barre de métal, l’objet du crime dans son dos (mais comme c’est un nain, on peut la voir qui dépasse derrière sa tête).
 
- Tu l’as poussé, fait remarquer Krastys.
- Non ! Non, se défend le nain !
- Franchement ?
- Bien sur que je l’ai poussé ! Il m’avait frappé ! Je n’allais pas juste lui pardonner ! La vengeance est un plat savoureux qui se mange froid !
- Pas de problème, dit Krastys ! Je ne l’aurais pas fait de la même manière, mais ça a l’air plutôt cool ! Mais maintenant c’est gênant pour pouvoir espérer le retrouver !
- Ah oui ! je n’avais pas pensé à ça, avoue Krissom ! Ou plutôt je n’avais pas envie d’essayer de le retrouver !
_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mar 3 Mai - 17:22 (2011)    Sujet du message: La cité dorée Répondre en citant

En à peine un instant, Krastys reprend sa forme elfique. Puis, il profite de l’excellente vue de celle-ci pour jeter un œil au fond du précipice. Et là, ce qu’il aperçoit le laisse muet de stupeur.
 
- Qu’est-ce qu’il y a, demande Krissom ?
- C’est incroyable…
- Quoi donc ?
 
Krastys sourit à l’air impatient du nain. Puis, sans lui donner la moindre réponse, il sort une torche supplémentaire de son paquetage et l’allume. Il se rapproche du précipice une fois de plus.
 
- Tu es prêt ?
- Prêt à quoi, demande Krissom un brin inquiet à la vue de l’air énigmatique de Krastys ? Tu veux pas qu’on saute ?
- Non, non ! Es-tu prêt à voir le plus beau spectacle de ta vie ?
 
Puis, sans attendre la réponse, Krastys jette la torche, allumée bien sûr, loin devant. Pendant un instant, on n’aperçoit qu’un point lumineux dans les ténèbres. Puis la lumière se reflète sur une surface dorée ! Et sur une argentée ! Et impacte des milliers de gemmes ! Et sous les yeux ébahis du nain, s’éclaire de milles feux une cité gigantesque, de l’or et l’argent les plus purs, et couverte de gemme de toute beauté.
 
- Voici la cité doré de Karbarok, s’exclame Krastys !
 
Puis il attrape le bras de son compagnon, et saute devant lui, l’entrainant dans sa chute. La chute est très rapide, à peine quelques dizaines de secondes, mais très lente également, et les deux compagnons peuvent voir des milliers de détails de la cité qui prennent vie sous la flamme chancelante de la torche. Puis il atteigne le sol.
 
Ils s’enfoncent de quelques mètres dedans, puis arrivent en se débattant à en sortir, pour retrouver alors Harou, qui contemple béat la cité dorée.
 
- Qu’est-ce que c’est, demande Krissom en voyant la matière étrange dans laquelle ils ont atterri ?
- Oh ça, explique Krastys, c’est une mousse élastique ! Elle amortit considérablement les chocs !
- Tu veux dire, fait alors remarquer Krissom, que malgré la chute qu’il a malencontreusement faite, Harou n’aura même pas une bosse !
 
Il touche alors son bandage frontal et se renfrogne.
 
- Absolument ! On peut dire que la voie qu’on a prise est une entrée à sens unique, explique Krastys, en regardant la falaise qui s’élève derrière eux !
- Et maintenant, on fait quoi ?
- On réveille Harou et on trouve un moyen de retrouver notre chemin !
 
Bien sûr, Krissom se porte volontaire pour sortir Harou de sa transe, et il le fait avec la fameuse barre d’argent (c’est mieux qu’une barre de fer). Mais au moment où les trois Écorcheurs s’apprêtent à reprendre la route, ils entendent un froissement discret et se retournent.
 
- Eh bien, dit une ombre de petite taille ! Cela fait bien longtemps que je n’ai pas eu d’invités !
_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mer 4 Mai - 19:59 (2011)    Sujet du message: Dans les mines Répondre en citant

Et pendant ce temps, le reste de la troupe continue sa progression. Ils avancent prudemment, repoussant l’obscurité des tunnels enchevêtrés par les flambements tremblotants de quelques torches brûlantes.




 
En premier vient Beticok Sqazle. Son pas est léger, et sa vue perçante, ce qui lui permet de se déplacer avec une certaine facilité. Cependant le confinement des entrailles de la terre est l’ennemi ancestral du peuple des forêts, et la sueur perlant sur son front peut témoigner de l’incessant combat de son esprit. Heureusement, ses origines démoniaques lui permettent de comprendre et combattre efficacement ces terreurs héréditaires.
C:\Users\pb\Pictures\punk2.gif

Il tient à la main un volume imposant, ouvert. Celui-ci est rempli de glyphes étranges, scintillants, qui semblent provenir de la nuit des temps. De temps à autres, le ménestrel plonge un regard, plein d’intensité et de concentration, sur les pages du grimoire. Ses oreilles pointues papillotent alors de doute et d’incertitude, puis il prend une décision et mènent ceux qui le suivent dans une direction. Et ils lui font confiance.




 
Vient juste derrière le valeureux Thurin. Il a l’œil vif et vigilant, et sa main est posée, prête à l’action, sur le manche de la hache qui pend à sa ceinture. Il jette de temps à autres un regard à droite ou à gauche, et parfois scrute les profondeurs obscures des profondes cavernes qui s’étendent au devant. Jamais à l’arrière ! Il a confiance en ceux qui le suive pour les couvrir parfaitement. Sa main gauche, elle, est libre, et caresse également par moments sa barbe de manière pensive.
 
Quand il ne fait pas attention aux environs, Thurin se rapproche de leur guide, et regarde les glyphes que celui-ci déchiffre (pas par-dessus son épaule, ce n’est pas possible, mais il peut passer la tête au-dessus du coude de l’elfe). Il tente alors de comprendre les inscriptions mystérieuses. Il abandonne rapidement, avant de retenter sa chance, sans plus de succès, quelques minutes plus tard.
 




En troisième position, on peut trouver Leso Varen junior. Il est sans conteste le plus à l’aise dans ces souterrains. Bien sûr, les nains ont l’habitude des souterrains, mais au contraire des tunnels de leur race, ceux dans lesquelles ils avancent sons sombres et on peut y sentir les relents d’une énergie négative. Comme dans les cavernes ancestrales des elfes noirs. Sa demi-ascendance le met parfaitement à l’aise avec les arts sombres, et cette atmosphère, pesante pour les autres, lui est bien agréable.
  C:\Users\pb\Pictures\darthvador.gif

Il marche d’un pas léger, et profite de la lente marche pour tailler d’étranges talismans, dans un bois vieilli par le temps. Les formes qu’il y trace sont encore plus étranges que celles que déchiffre le ménestrel, mais il les grave sans aucune hésitation, connaissant parfaitement la moindre de leur signification.
 




Ensuite vient Akka. Elle est assez éméchée, pour changer, et avance à très vive allure. Elle ne dépasse pourtant aucun de ses compagnons, car elle parcourt également trois fois plus de distance grâce à des courbes qui ne semblent gracieuses qu’aux yeux d’un nain ! Et encore, seulement après quelques pintes et tonnelets ! Sa main droite vérifie de temps à autres le bon état de ses couettes, puis rassurée, va se poser sur sa hachette ouvre-tonnelet.
 
Dans sa main gauche, elle tient une chopine, et un tonnelet est posé sur son épaule. D’un mouvement bien mesuré, le précieux liquide tombe dans sa tasse, puis disparaît aussitôt au fond de sa gorge. Et alors elle entame quelques paroles bien sentis de chansons à boire, enfin de se faire rappeler à l’ordre par les autres, et de se tire pour quelques minutes avant d’à nouveau pousser la chansonnette.
 




Et le dernier, courbé car sa haute taille l’oblige à être ainsi, avance le Seigneur des Cauchemars, Kociteb Elzaqs, sous sa forme démoniaque. Son aura est tellement obscure que le chemin qu’ils ont parcourus semble plus sombre que l’obscurité étouffante qui les précède. Ses yeux flamboyants transpercent les ténèbres, et son sourire cruel fait frémir les plus effroyables créatures qui pourrait vouloir les attaquer.
 
À son flan, il a une épée, tranchante, qu’il aime utiliser pour éviscérer ses ennemis. Certes il n’en a pas vraiment l’utilité, mais quitte à avoir un corps, autant s’en servir pour étriper soi-même ses adversaires. Et devant les pitreries d’Akka, il arrive que son sourire s’élargisse jusqu’à se transformer en un rire froid et puissant, capable de glacer le cœur au plus téméraire des aventuriers.
 




Et c’est ainsi que leur petite procession avance dans les entrailles ténébreuses des mines de Karbarok, en direction du lieu que tous évitent, vers la porte des Enfers !
_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Jeu 5 Mai - 19:12 (2011)    Sujet du message: Prêt pour la bataille! Répondre en citant

Je crois bien que le premier à s’en être rendu compte fut Kociteb ! Je ne peux en être sûr, car il ne dit rien, mais son silence et son sourire, alliés à son sens de la plaisanterie, aurait surement dus nous mettre sur la voie ! Il avait senti la menace, mais trouvait plus drôle de ne pas en parler !
 
Maintenant, Leso junior et Beticok sentent les effets pervers d’âmes difformes sur leurs esprits ! Ce n’est pas très puissant, mais les deux ayant des liens avec le monde des esprits, par les arts ou l’essence, ils peuvent en sentir la froide caresse.
 
Dès qu’il sent le souffle glacial de cet esprit d’outre monde, Beticok se précipite ! Il sait qu’il n’a pas beaucoup de temps, et que les serviteurs de cette âme perverse vont bientôt les atteindre. Alors il court, déchiffrant en même temps le grimoire ancestral, espérant pouvoir y trouver des indications sur un lieu qui leur serait plus favorable pour faire face à l’attaque.
 
Leso, lui, a fermé les yeux et se dirige uniquement au bruit des pas de Thurin devant. Il agite les bras en l’air dans une gestuelle compliqué, et les glyphes qu’il invoque se mettent une par une à briller dans les airs, avant de tournoyer autour du groupe. Il est très rapide, mais invoquer une protection des âmes est long, et il lui faut se concentrer sur la course en plus de la tâche présente.
 
Kociteb a toujours un grand sourire affiché sur le visage ! Depuis qu’il a repris son corps originel, sa soif de sang s’est décuplée, mais il n’a pu la satisfaire. Bien sûr, l’intrusion ennemie ne lui est pas passée inaperçue, mais puisque cela prouve que l’action ne tardera pas, il ne va pas s’en plaindre ! Et en plus, l’idiot qui se croirait assez puissant pour lancer une attaque mentale sur le seigneur des Cauchemars risquerait fort de se faire brûler, en proie à un retour de flammes !
 
Ensuite vient Akka ! Rien n’a changé pour Akka ! Son esprit constamment imbibé n’a fait que remarquer deux choses. La première est que l’allure a augmentée, alors elle court plus vite également, parcourant toujours plus de route que le reste du groupe. La seconde est que Beti et Leso ont ressentis une menace, alors elle a dégainé sa hache, prête à faire un carnage, même bourrée ! La vie est simple pour Dame Akka.
 
Thurin lui, est prêt pour la bataille. Il est prêt depuis le début ! Depuis bien avant la première menace ! Et son regard, aussi affuté que sa hache, pourrait décourager n’importe quelle créature vivante d’attaquer. Mais malheureusement, les créatures avec lesquelles ils ont maille à partir ne font pas partie de cette catégorie.
 
Sous la direction de Beticok, il arrive enfin dans un lieu à peu près convenable. Ils s’engagent dans un cul de sac, traversant un passage relativement étroit, puis se préparent à l’attaque. Bien sûr, leur position n’ayant qu’une seule issue, ils ne pourront fuir ! Mais ils ne seront pas attaqués de 2 côtés à la fois, et de plus, les Écorcheurs ne connaissent pas cette stratégie !
 
- Bien, dit Kociteb en souriant ! Laissez-moi la première vague !
 
Les autres acquiescent ! Beticok et Leso se placent en retrait, prêts pour soutenir le combattant avec flèches et sort, et Thurin et Akka se mettent sur le côté, pour pouvoir remplacer le démon dès que cela sera nécessaire. Ils sont prêts !
_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Ven 6 Mai - 19:49 (2011)    Sujet du message: Karrasteel Karbarok Répondre en citant

Se retournant alors, les trois compagnons dévisagent le nouveau venu. De petite taille, et plutôt rond, il se tient fièrement, un rien hautain, devant eux. Sa barbe blonde est parsemée de bijoux d’or et d’argent, et il porte une tenue composée uniquement de métaux précieux : oh bien sur l’or et l’argent sont présents, mais le plus remarquable est l’alliance subtile du clair mithril nain, radiant tel un arc-en-ciel, et de l’orichalque divin, brillant tel un éclat de soleil !

Harou et Krissom oublient de se disputer, et Krastys est bouche bée devant ce spectacle. Mais le premier à se reprendre est le nainventeur impertinent :

- Whaouh gars, s’exclame-t-il ! Tu dois éblouir les gens quand tu sors en plein jour !
- Je ne sors pas souvent, fait remarquer l’autre !
- C’est peut-être mieux ! On ne risque pas de te confondre avec le soleil dans ce cas !

Le nain éclate d’un rire puissant, avant de prendre à nouveau la parole.

- Venez donc boire quelques tonnelets en ma compagnie ! Je n’ai pas souvent de la visite, et encore moins si agréable, ajoute-t-il en regardant les nains !
- Ce sera avec plaisir, commence Harou…
- Harou, l’arrête Krastys ! Thurin nous attend !

Le désarroi s’affiche sur la mine torturée d’Harou ! Visiblement, leur hôte est plus que fortunée, et possède à tous les coups du nectar des plus délicieux ! Mais Harou est avant un chevalier de la lignée des Tioumes, fier de son nom et fidèle à son roi ! Si Thurin l’attend, il doit le rejoindre !

- Oh ! Mais je connais bien les environs ! Venez donc chez moi quelques instants, puis je vous conduirais directement où vous voulez aller ! Où vos compagnons vous rejoindront !

Les trois compagnons hésitent, mais la tentation est forte, et après un bref échange, il décide qu’il est plus sage de suivre un guide qui connait les lieux, surtout quand ce guide propose à boire !

- Bien, nous vous suivrons, annonce Krissom, prenant la parole pour le groupe (et écrasant la pied d’Harou pour l’empêcher de parler en premier) !
- Bien ! Bien ! Mais nous n’avons pas été présentés ! Qui êtes-vous ?
- Je suis Krissom…
- Moi, Haroutioume de la lignée….
- C’est deux chamailleurs s’appelent Harou et Krikri, explique Krastys à leur hôte, tandis que les deux autres se disputent violemment ! Quant à moi, explique-t-il en prenant forme naine, je suis un changeforme du nom de Krastys !
- Ah, s’exclame le nain soulagé ! J’ai cru un instant que les nains et les elfes s’entendaient bien à la surface maintenant !
- Il y a quelques rares exceptions, explique Krastys, mais en général ils se tuent à vue !
- Cela au moins n’a pas changé !
- Et vous, s’enquit Krastys ? Quel est votre nom ?
- Je suis Karrasteel Karbarok, dernier descendant de la lignée de Karbarok, et roi de ces mines ! Bienvenue chez moi !
_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Sam 7 Mai - 22:38 (2011)    Sujet du message: Cité et apéro Répondre en citant

La suite de cette aventure, je l’ai obtenue bien plus tard ! Je ne sais pas trop pourquoi, mais alors que, et malgré leurs disputes, les versions de Krissom et Harou convergeaient jusque là, la suite fut si confuse que nous ne pûmes comprendre alors le déroulement des évènements qui suivirent. Une seule chose est sûre, Krastys tomba, et ne se releva pas ! Les Écorcheurs firent une grande cérémonie à son honneur, et je me plongeais dans un travail assidu, mélange d’interrogatoires précis, de réflexions intenses, et également un peu d’imagination agréable. Voici donc la suite des aventures d’Harou, Krissom et Krastys, et si cette version des évènements ne peut être certifiées véridiques, j’espère tout de même qu’elle vous plaira !





 

A ce moment, les trois amis… Quoi ? Pas amis ? Bien, ok Krissom ! Compagnons ça va ? Non plus ! Bon, les trois nains, dirons-nous donc, venaient d’être invités chez le roi Karasteel Karbarok ! Et ils y allèrent ! Ils marchèrent longtemps, très longtemps… Désolé, je crois que je me suis trompé d’histoire ! Mais donc ils se dirigèrent vers le palais du monarque, et ils découvrirent plus de richesses qu’ils ne pouvaient en rêver ! Tout dans la ville était précieux ! Le matériau de construction le moins noble utilisé était l’argent, le plus répandu était l’or, et on y trouvait de nombreux échantillons de matériaux appartenant au monde divin. Même si les Écorcheurs avaient quelques rancunes envers les dieux, ils étaient avant tout des nains, et ils ne pouvaient rester insensibles à l’éclat de l’orichalque ou des autres métaux précieux.

 

Je peux affirmer avec certitude que le roi Karasteel et Krastys parlèrent tout le long du chemin, mais nos deux amis étaient si occupés à contenter leurs yeux qu’ils gardèrent leurs oreilles closes. A mon avis, il me semble que Krastys, utilisant alors sa tête, à l’inverse des deux autres, avait remarqué les incohérences dans l’histoire de leur guide, et tentait alors de le forcer à montrer ses vraies couleurs. Mais bien sûr, nous n’aurons jamais la réponse ! (On pourrait allez retourner faire un tour aux Enfers pour lui demander de quoi ils parlaient, mais vous comprendrez quand je vous conterais la suite de l’histoire pourquoi je n’ai pas tellement envie de faire un tel voyage rien que pour ça !)





 

Ils commencèrent par prendre le thé (juste une façon de parler, rassurez-vous ! Ce qu’il y avait dans leurs tasses était bien plus fort) en compagnie de leur hôte. Et pendant que Krissom et Harou faisaient des activités diverses, comme déguster un vin rare, boire un fût cul-sec, ou faire un concours de celui qui boira le plus, Krastys continua son interrogation de leur hôte. Puis la soirée vint et des serviteurs les accompagnèrent dans des quartiers prévus pour eux.

 

C’est à ce moment que Krastys leur expliqua ce qu’il avait compris de leur situation (en gros qu’elle n’était pas très bonne). Premièrement, leur hôte ne comptait pas les laisser s’en aller. Deuxièmement, il comptait les ajouter à sa collection de serviteurs. Troisièmement, certains de ses hommes avaient surement déjà attaqué leurs compagnons. Là, Harou se réveilla. Il avait beau être bourré, il comprit que Karasteel avait endormi sa vigilance et en avait profité pour lancer une attaque contre son roi. (Le reste du groupe il s’en fout un peu, à part peut-être Akka qu’est une bonne camarade de beuverie).





 

La suite est encore plus complexe. Harou attrapa son arc, et regretta de n’avoir pu emmener pour ce voyage la tourbillonnante infernale (dernière création d’Harou à l’époque, composé d’un tronc central et de nombreux ‘bras’ sur lesquelles sont fixés différentes armes tranchantes et contondantes. Le tout est monté sur un ressort et quand on appuie sur la gâchette, la machine ce met à tourner dans tous les sens, ne laissant qu’une mer de sang sur son passage).

 

Toujours est-il qu’il partit à l’attaque de celui qu’il considérait alors comme une ennemi, sans prendre le temps de réfléchir (et cela nous sauva peut-être, car les troupes qui nous attaquait, nous cinq, refluèrent alors ! Nous comprîmes seulement plus tard qu’elles étaient les troupes de Karasteel).

 

Toujours est-il que Krastys se lança à sa poursuite, laissant leur compagnon et ami… Quoi encore ? Okay Harou ! Krissom n’est pas ton ami ! …laissant donc le nain restant allongé au sol, et cuvant son apéritif de l’après-midi avec bonheur.
_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 8 Mai - 18:47 (2011)    Sujet du message: Les Talismans Répondre en citant

L’attaque reflue. Nous sommes épuisés ! Plusieurs heures ont passé depuis la première vague d’attaquants, et nous nous sommes battus durant tout ce temps. Bien sûr, Kociteb, Thurin et Akka échangeaient leur place de temps à autre, parfois pour récupérer leur souffle, souvent pour laisser une part de l’amusement à leurs camarades. Mais l’amusement était bien moindre cette fois.


En effet, la bataille était terrible, et nos compagnons eurent quelques troubles, résolus heureusement par le support de mon arc et mes flèches, et également des terribles sortilèges de Leso Varen deuxième du nom. Cela ne fit que les enchanter ! Mais alors que les ennemis semblaient être d’étranges nains (ils avaient la taille, les haches, et même les cris de guerre, mais leurs yeux étaient entièrement noirs et ils arboraient d’étranges tatouages sur leurs visages), ils n’avaient rien d’êtres vivants : leurs blessures ne saignaient pas, au grand dam des guerriers, et leurs corps se dissipaient dans une brume sombre quand ils tombaient !


Mais maintenant l’attaque reflue, et aussi drôle que cela put être, nous sommes tous les cinq soulagés. La bataille a été rude ! Mais nous n’avons pas de temps à perdre, et dès qu’une courte pause a été prise, je m’adresse à mes camarades :


- Nous n’avons plus le temps d’attendre ! Une nouvelle attaque risque d’être lancée bientôt et nous sommes non loin du portail !
- Nous les déferons encore, fait remarquer Akka !
- Surement, répond Thurin avant moi ! Mais même si nous gagnons, nous perdons des forces pour les contenir, et je préfère avoir autant de ressources disponibles pour notre destination finale !


Nous tombons tous d’accord à ce sujet, et nous nous remettons rapidement à courir. Nous arrivons alors devant un portail d’ébène, dont l’obscurité éclipse l’éclat des gemmes avoisinantes. Sur ce portail semble être sculptée de nombreuses et affreuses bêtes, mélanges des terreurs les plus profondément ancrées dans l’esprit des vivants, mais un second regard me permet de remarquer l’éclat d’intelligence de ces créatures. Je ne sais pas qu’elle fut leur faute, et si il y en eu une, mais ils étaient là, figés pour l’éternité, servant de portail vers l’autre monde.


- Bon ! Nous y voila, fait remarquer Leso ! On fait quoi maintenant ? On attend les autres ?
- J’ai peur qu’on ne puisse se le permettre, réponds-je sans hésiter ! D’après moi, nos ennemis sont déjà en route, et ils ne tarderont pas à arriver, alors que je n’ai aucun écho de la part de Krastys et des autres.


Et oui ! La fine ouïe elfique a bien des avantages, et me permet d’avoir une assez bonne idée de la situation. Mais pas complète ! Je me tourne alors vers Kociteb, qui sourit et nous dit :


- Ils sont tous les trois loin d’ici ! L’esprit de Krissom est si embrumé que je peux presque en deviner la quantité d’alcool qu’il a absorbé ! Il dort paisiblement ! Harou est furieux, surement en train de se battre, et son esprit n’est pas beaucoup plus clair que celui de Krissom. Krastys… Il souffre, mais son esprit est clair ! Je crois bien qu’il doit être en train d’affronter toute une armée, et seul ! Aucun d’entre nous ne peut nous rejoindre, j’en ai bien peur !


Mais son sourire arrogant n’affiche pas le moindre effroi ni la moindre déception. Je me tourne vers Leso rapidement.


- Tu les as ?
- Oui, me répond-t-il ! Je n’ai pas eu le temps de faire les huit à cause de la bataille, mais comme les autres ne peuvent nous rejoindre.


Puis il donne à chacun un talisman à mettre autour du coup. Ce n’est certes pas le plus beau pendentif qu’on ait vu, mais quand il explique qu’il sert à garder nos âmes attachés à nos corps dans les Enfers, les nains le regarde d’un nouvel œil, un peu comme s’il était en fait une pépite d’or.
_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 9 Mai - 21:04 (2011)    Sujet du message: Le Mot de Passe??? Répondre en citant

Ils ne tarderont plus à arriver !


Kociteb vient de donner cette information d’une voix froide, placide, si bien que je ne sais que penser ! Il sait que nos nous presserons, et il ne doit donc pas avoir envie que nous soyons rattrapés par nos ennemis. Pourtant, son visage donne une impression d’apathie, comme si cela ne le concernait pas, et mon œil avisé distingue dans son regard une lueur affamée : il a soif de souffrances (celles des autres !). Il voit cependant l’interrogation dans mon regard (ou dans mon esprit, je ne le sais !), et répond alors à mon questionnement muet :


- Je n’ai jamais encore tenté de faire mourir de peur un mort… Maintenant occupe-toi de la porte.

 



Mon regard suit le sien et je vois Akka et Thurin qui s’escriment contre les lourds battants, qui ne tremblent même pas sous l’effort éreintant. Rapidement épuisés, les deux nains s’éloignent, et si la fierté de Thurin l’empêche de montrer sa fatigue, Akka n’a pas de telles inhibitions et elle commence une cérémonie naine pour le regain de la vitalité (comme toute les cérémonies naines, cela consiste majoritairement en une absorption d’alcool au-delà des limites du raisonnable).


Devant la retraite… euh, la pause des deux Écorcheurs, Leso Varen tente à son tour d’ouvrir le passage, mais ses sortilèges n’ont pas plus de succès que la tentative musclée des deux nains. Je feuillette rapidement les dernières pages du grimoire que j’ai toujours en main. Trouvant ce que je cherchais, je déchiffre rapidement les quelques annotations.


- Il semblerait que les instructions pour l’ouverture de cette porte soient inscrites sur la porte elle-même. Un rituel spécial est nécessaire pour qu’elles apparaissent !
- Ben vas-y, me dit Thurin !


Je ne peux qu’acquiescer, même si l’idée de recourir à un tel rituel me dégoute. Il est vrai que je supporte bien plus de chose qu’un elfe normal, et que mon essence démoniaque me rend plus proche des nains que du peuple sylvain ! Mais il y a quand même certaines choses que je ne supporte pas de faire en public. Comme par exemple sauter à clochepied et à reculons en poussant des cris de singes et récitant des versets inconnus de certaines légendes naines en buvant une tasse de jus de framboise. Or, la cérémonie en question me demandait justement de faire une telle chose ! (Pas de commentaires dans l’assistance !)





Et alors apparaissent des lettres de feu, que je me dépêche de traduire pour mes compagnons !


- Cette porte fut bâtie par les chevaliers de l’ordre du marteau d’airain, les quarante-sept survivants de cette guerre terrible ! Ils utilisèrent les corps de leurs ennemis pour former cette porte et la clore définitivement. Mais si toutefois la nécessité vous pousse en cette direction, et que votre cœur ne craint d’affronter les ténèbres infernales, alors ‘’Parlez ami et entrez’’ ! Cette dernière remarque est écrite en gros caractère, fais-je remarquer !
- Attends, me dit Thurin pensif ! J’ai déjà entendu un truc du genre…
- Mon père m’en avais parlé une fois je crois, rajoute Leso ! Durant l’époque Haladine, vous aviez reçu une délégation de Hobbits je crois…
- Oui, se rappelle l’ancien monarque ! Ils sont petit, encore plus qu’un nain, mais ils mangent et boivent plus que tous les nains ! Sauf peut-être Akka, rajoute-t-il en jetant un œil à la Dame, trop occupée par le bon déroulement de sa cérémonie pour porter attention aux discussions du reste du groupe !
- Ils vous avaient raconté, m’a dit mon père, une étrange histoire de mines maudites qu’ils avaient du traverser ! Et c’est là qu’ils avaient vus ces mots ! C’était quoi déjà la réponse ?


Thurin et Leso réfléchissent intensément, puis Thurin relève la tête et sourit.





- Je me souviens, s’exclame-t-il avant de se tourner vers moi ! Il suffit de dire le mot ‘’ami’’ dans la langue qu’y est utilisée sur la porte.
- Quoi ? Tu penses vraiment ?
- Je le sais, dit-il !
- Ok !


Je me tourne vers la porte sombre mais avant que je n’aie pu dire quoi que ce soit, Kociteb m’interrompt d’une de ses remarques dont l’intonation fait douter des intentions.


- Dans moins de cinq minutes, ils seront là, et plus nombreux…


Thurin me presse du regard. Je me dépêche vers la porte, puis m’exclame :


- Mellon !


Rien ne se passe, et je me tourne vers Thurin.


- Essaye une autre langue, dit-il !

 



Puis je dis ce simple mot dans une centaine de langues différentes, de s glyphes sacrées des elfes de lumières jusqu’aux jargons orcs des profondeurs, du langage le plus répandu jusqu’à certains dialectes que je suis le seul à encore parler. Mais rien ne se passe ! On entend alors les cris de guerre qui se rapproche, et Akka, qui a enfin fini son rituel, s’approche en titubant. Elle tente de me regarder dans les yeux, mais son regard est aussi titubant que sa démarche.


- Qu’est ce que ça dit, me demande-t-elle en montrant la porte ?
- Parlez ami et entrez, répète-je une fois encore !


Elle se dirige vers l’imposant ouvrage dans une démarche... slalomante… et se dresse, ou tente de le faire, face au portail. Leso la regarde faire sans comprendre, et je dois avouer que je ne suis pas plus avancé, Kociteb s’en moque et Thurin affiche une moue moqueuse, doutant que la naine puisse réussir où nous avons échoué.


Et alors, nous prenant par surprise, Akka frappe de lourds coups sur la porte, avant de crier d’une voix puissante :


- Eh là-dedans ! J’ai de la bonne bibine ! Ouvrez-donc cette fichue porte qu’on puisse faire la fête ! Vous verrez, on sait rigoler !

 



Et dans un grincement affreux, la porte des Enfers s’ouvre. Kociteb se lève sans un mot et se dirige droit vers sa destination, et nous le suivons, de manière moins silencieuse.


- Quand la bière coule et l’or scintille…, chantonne gaiement Akka !
- Voici donc le monde des morts, s’émerveille Leso Varen junior.
- D’une certaine manière, c’était un langage nain, me dis-je pour moi-même !
- Plus jamais je ne ferais confiance à un hobbit ! Plus jamais, grogne Thurin !
_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:05 (2018)    Sujet du message: Les Armes Divinicides

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Haladins de Brethil Index du Forum -> Salle des archives -> Oubliettes ! -> L'Antre de Beticok Sqazle -> Chroniques de Beticok Sqazle Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com