Les Haladins de Brethil Index du Forum
Les Haladins de Brethil Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Il était une fois
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Haladins de Brethil Index du Forum -> Salle des archives -> Oubliettes ! -> L'Antre de Beticok Sqazle -> Chroniques de Beticok Sqazle
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mer 20 Juil - 22:14 (2011)    Sujet du message: Dans les geôles Répondre en citant

C:\Users\pb\Pictures\crapaud.gif

- J’ai mal à la tête, se plaignit XnaruX !
- Tu n’es pas le seul, lui répondit Haroutioume en souriant !
- Alors on peut y aller ?
- Pas encore, le moment n’est pas venu !
- Je n’aime pas attendre !
- C’est le problème avec les jeunes, commenta Gwarzzy, ils n’ont aucune patience ! Toujours à se précipiter et à faire fonctionner leurs muscles plutôt que leurs cerveaux !
- Les vieux ne sont pas mieux lotis, rétorqua XnaruX, toujours à réfléchir, ils en deviennent si faible qu’ils s’écroulent sous la force d’une brise !
- Oh ! Tu veux voir de quel bois je suis fait, le gamin ! Les vieux chênes sont les plus robustes !
- Ah ! Tu me faire rire le vieux ! Le vieux chêne peut être solide, mais la vieille roche s’effrite ! Et les nains sont les fils de la terre !
- Vous pourriez vous taire, fit remarquer Harou
- Mais…
- Mais…
- Je vous rappelle qu’on attend que les gardes soient assez ennuyés de nous observer avant d’agir, continua le chevalier dans un murmure, pour que lesdits gardes ne puissent l’entendre ! Et deux nains qui se disputent avec véhémence dans une telle situation peut être une distraction plus que suffisante pour rester concentrés !


Gwarzzy et XnaruX ne répondirent pas, comprenant la justesse des propos de Harou. Quant à la situation dans laquelle ils se trouvaient, qui se trouvaient également être la raison des maux de têtes de ses joyeux compagnons, elle était pour le moins incongrue. Ils étaient dans une sombre geôle, dans laquelle la lumière peinait à pénétrer. L’odeur de moisissure était forte, mais n’était pas la raison des migraines des nains, qui étaient habitués par ailleurs habitués à subir un tel supplice olfactif. En effet, à Barak Azril, ils étaient habitués à l’odeur de la tanière de Ragnar, ou à celle des pieds d’El Bandido. Ce n’était par conséquent pas une faible odeur de moisissure qui pouvait s’y comparer !


Dans la cellule, les trois compagnons étaient lourdement enchaînés, et pendus par les pieds. Quand ils s’étaient réveillés dans une telle position, ils avaient été désorientés quelques instants, mais avaient vite finis par éclater de rire. En effet, chacun d’eux portaient une barbe drue et longue, ce qui leur donnait une apparence loufoque dans une telle situation.


- Je dois tout de même dire que je suis agréablement surpris, fit remarquer Harou à voix basse, à l’attention de ses compagnons.
- Pourquoi ?
- On ne peut pas se battre correctement contre un ennemi qui veut vous épargner ! ça n’a ni saveur, ni gloire ! Cette petite séance de torture, basique e vous l’accorde, montre néanmoins que nous pourrons avoir un peu d’amusement quand le temps de les couper en tranches sera venu !


_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 20 Juil - 22:14 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Jeu 21 Juil - 20:26 (2011)    Sujet du message: Les zos et les nains Répondre en citant

C:\Users\pb\Pictures\crapaud.gif

Quel terrible périple ! Leso était seul pour s’occuper de ses sept compagnons. Ils parvenaient sans trop de problèmes à divertir les patrouilles ennemies, ou à les anéantir s’il le fallait, mais s’occuper constamment de ses protégés le minait.


- J’en ai marre !


Encore une fois Grumbaki faisait sa mauvaise tête et refusait d’avancer. Le nain grincheux s’assit au sol, et refusa de faire le moindre mouvement, bien que Gorm, Gorog, et bien sûr Leso, tentassent désespérément de le convaincre d’avancer. N’en pouvant bientôt plus, le mage se retourna, laissant le fardeau aux deux autres. Mais il déchanta vite fait.


- Ce n’est plus un problème ! Laissez-le là, et commencez à monter le camp !


Les deux nains se retournèrent à leur tour, et remarquèrent que la mauvaise humeur du second fils n’était pas leur seul problème. Elgram, en proie une fois de plus à ses crises d’hypochondrie, se roulait au sol, se tordant de douleur. Umanar, toujours effrayé par Leso, se cachait derrière un rocher, à plus de cent mètres de leur position. Tiwaz, lui, dormait profondément, un pied encore levé, témoignage prouvant qu’il avait réussi à sombrer avant la fin de son enjambée. Et Doh n’était nulle part en vue.


- Où est Doh, s’exclama Leso, bien que connaissant déjà la réponse ?
- ….Je….n…ne….sais…pas, parvint à dire Umanar, en tentant de disparaître encore un peu plus derrière le rocher.
- Il s’est encore perdu ! Où est-il allé, grogna le mage ?
- Il a dit qu’il… voulait aller… se baigner dans le lac…. Celui de tout à l’heure…
- Il sait nager, demanda Leso dubitatif ?
- Ce ne serait un problème que dans l’éventualité improbable ou il parviendrait à trouver le lac, intervint Gorog.
- Vrai ! Il a le même sens de l’orientation qu’un elfe qui part à la guerre ! Je vais aller le cherche ! Par où est-il parti, demanda Leso à Umanar ?


Le nain timide parvint, dans un effort colossal, à se lever et à pointer du doigt la direction qu’avait prise son frère, et qui était évidemment bien différente de celle dudit lac. Et sans un mot, laissant les autres nains entre eux, il se dirigea vers là-bas, faisant sursauté Umanar qui retrouva l’abri protecteur du rocher. Après un court moment, il aperçut le nain simplet qui se dirigeait vers un village, plus loin, et il aperçu une pancarte, au milieu des plaines, sur laquelle étaient inscrits des glyphes étranges, qu’il identifia comme signifiant : « Bienvenue à Li Vredi Mage ».


_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Ven 22 Juil - 22:48 (2011)    Sujet du message: Le petit chaperon rouge Répondre en citant

C:\Users\pb\Pictures\crapaud.gif

- Bonjour fillette !
- Bonjour Monsieur !
- Comment t’appelles-tu ?
- Mes amis m’appellent Rouge ! à cause de mon chaperon, ajouta la gamine avec un sourire !
- Quel beau nom ! Mais que fais-tu seule dans cette effrayante forêt ?
- Je vais chez ma mère-grand !
- Tu devrais être plus prudente ! Il y a surement des loups dans cette forêt !
- Mais non, rigola la gamine ! Il n’y a pas de loups dans la forêt.
- En es-tu sure ?


La gamine jeta un regard inquiet aux alentours, les paroles du démon permettant au doute de s’insinuer dans la barrière de ses convictions. Mais elle secoua vivement la tête pour se remettre les idées en place, puis retrouva son sourire innocent, plein d’une confiance manifestement aveugle en une vie dont elle n’avait aucune idée de la cruauté.


- Dis-moi donc, Rouge, rajouta le démon avec un sourire charmeur, sais-tu comment on peut se rendre au château de Sombre-Cendre ?
- Non ! Mais il y a une cabane de bûcheron non loin de là, répondit-elle en indiquant une direction ! Vous pourrez aller leur demander votre chemin !
- Merci Rouge, je vais suivre ton conseil !
- De rien Monsieur, dit-elle à Kociteb en souriant ! Au revoir Madame, rajouta-t-elle ensuite à l’égard de Lalaline.


La petite fille se retourne, fait quelques pas en sautillant joyeusement, puis se tourne à nouveau pour faire des signes de la main aux deux voyageurs. Kociteb sourit et la rattrape en deux enjambées, se penche et lui murmure quelques mots à l’oreille :


Fais bien attention à toi Rouge ! Il parait que les loups sont d’horribles monstres qui mangent les humains, et qui pour cela se déguise parfois en des personnes qu’on connaît ! Vérifie bien qu’il ne s’agit pas d’un loup, avant de te jeter dans les bras de ta mère-grand !


Et sans rien rajouter, le démon se redressa, tapota affectueusement la tête de la jolie fillette, et s’en alla. Ainsi, la petite fille ne put voir le sourire cruelle et l’étincelle de démence qui brilla dans ses yeux.


- Qu’est-ce que tu fais, demanda Lalaline quand elle fut sûre que personne ne pouvait plus les entendre ?
- Patience ! Pour le moment, allons donc rendre visite à nos chers bûcherons !


Et le Seigneur des Cauchemars ne rajouta pas un mot tandis qu’ils avançaient à vive allure en direction de la cabane que la fille leur avait indiqué. Ils arrivèrent bien vite en vue du vieux bâtiment. Kociteb se tourna vers Lalaline et lui dit :


- Ils ne seront surement pas ravis de voir des démons, contrairement à la petite sotte de toute à l’heure ! On devrait changer d’apparence !


Aussitôt dit, aussitôt fait, et à la place des deux démons se trouvaient maintenant un jeune homme aux cheveux de jais et une femme plantureuse à la crinière châtain. Kociteb étudia son amie et en souriant avec un soupçon d’ironie, il lui fit remarquer !


- Attention ! Les humains là-dedans risquent de t’attaquer en te voyant débarquer !


Lalaline sourit à la remarque, et les deux compagnons allèrent sans attendre devant la cabane. Kociteb ouvrit la porte d’un coup de pied et se précipita à l’intérieur. Avant de s’arrêter. Stupéfait. Un homme, immense, à la barbe drue, aux bras musclés et au torse velue, portaient une jupette colorée et des chaussures à talon. Et en voyant entrer le démon, qui ressemblait alors à un jeune humain, il sourit et enroula familièrement un bras autour de son épaule.


- Alors mon mignon ! Pourquoi es-tu si pressé ?
- Euh…., fit remarquer le Seigneur des Cauchemars, soudain à court de mots.
- Tu es venue me voir spécifiquement ?


Kociteb se retourna et fit glisser sa main le loin de la tempe de l’homme qui frissonna. Puis il s’écarta de lui, récupéra Lalaline qui était en train de se tordre de rire, et sortit de la cabane.


- Génial, fit remarquer Lalaline après avoir retrouver son souffle !
- Je ne m’attendais pas à ça, accorda le démon !
- Et sinon, puis-je enfin savoir ce que tu as fait ?
- J’ai un peu joué avec leurs esprits. La petite et le bucheron verront un loup à la place de sa grand-mère ! Ça pourrait être drôle ! J’ai aussi pris au passage la liberté de me renseigner sur le château ! Je sais comment y aller ! Et j’ai un peu fait oublier notre présence au bucheron !
- Pourquoi ?
- Ça n’aurait pas été drôle s’il me poursuivait au lieu d’aller aider la petite !


_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Sam 23 Juil - 22:02 (2011)    Sujet du message: 2 elfes, 1 croco, et 1 bateau Répondre en citant

C:\Users\pb\Pictures\crapaud.gif

- Va vers l’Ouest Beti, j’aperçois une voile !
- Bien !


Beticok tira sur la corde qu’il tenait pour changer la direction de leur monture. Ils n’étaient certes pas à leur avantage en mer, mais Toubarantino avait réussi a attraper les mâchoires du crocodile pour lui refermer la gueule. Puis Beticok avait utilisé une des cordes de rechange pour son luth, qu’il transportait toujours avec lui, pour muselé le dangereux animal et se confectionner des rênes. Ils pouvaient ainsi diriger l’animal.


- C’est plus pratique que les poils de torses, avait fait remarquer Beticok !
- Et c’est plus glorieux que de chevaucher une tortue, avait accordé Toubarantino.


Il se dirigeait maintenant tranquillement vers le navire que le maître du 7ème art avait aperçu. Quand ils arrivèrent assez proche, ils purent remarquer que la confusion s’était emparée de l’équipage, qui courrait dans tous les sens préparant les canons et les armes, pour recevoir dignement les deux elfes chevaucheurs de croco.


Beticok et Toubarantino n’avait pas le moindre doute dans leur choix, même si une voile noire barrée d’un crâne et d’une croix d’os flottaient paisiblement sous le souffle du vent qui embrassait le puissant trois mats. Une certaine tension régnait cependant sur le pont, alors que l’étrange monture s’approchait avec ses deux cavaliers. Un mousse, emporté par la tension environnante, alluma par mégarde la mèche d’un canon. Mais un sifflement aigu lui frôla le bras, tranchant au passage la flamme explosive. Beti avait son arc en main.


- C’est un peu excessif, comme signe de bienvenue, déclama le baladin calmement !
- Que venez-vous faire ici, demanda un matelot ?
- Eh bien, il me semble clair que nous sommes tous deux perdus en mer ! Ayant rencontré ce gentil animal qui a accepté, après quelques arguments musclés je dois l’avouer, de nous conduire jusqu’ici ! Nous souhaiterions donc, s’il est possible, pouvoir rejoindre votre charmante compagnie !
- Pourquoi ?
- Eh bien nous ne sommes manifestement pas des créatures marines, et il se trouve que notre capacité à respirer dans l’eau est plutôt limitée. Il serait donc plus qu’agréable pour nous de pouvoir monter sur un navire !
- Et qui pensez-vous être ?
- Je suis le capitaine Jack Sparrow, intervint alors Toubarantino, maître du terrifiant Black Pearl ! Appelle donc ton capitaine, matelot, que nous discutions donc avec l’autorité à bord !


_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 24 Juil - 20:50 (2011)    Sujet du message: Le chat prisonnié Répondre en citant

C:\Users\pb\Pictures\crapaud.gif
Harou, Gwarzzy et XnaruX s’étaient libérés. Quand l’attention des gardes avait été suffisamment endormie, le jeune magicien avait incanté quelques paroles secrètes, et les lourdes chaînes qui les emprisonnaient s’étaient déliées, et étaient tombées. Puis d’autres sortilèges avaient permis aux Haladins de reprendre pied sur la terre. Certes, sans sa baguette, XnaruX ne pouvait déclencher ses plus puissants enchantements, mais il avait largement assez de pouvoir pour tout de même achever cette évasion.


Puis Gwarzzy avait ramassé une des chaînes, tandis que Harou s’était emparé de quelques belles pierres qui trainaient au sol de la geôle. XnaruX avait dit un mot, agité la main, et la lourde porte de fer, sensée empêché la fuite des criminels, s’était ouverte, avertissant cependant les gardes par son grincement métallique.


Gwarzzy s’était précipité en premier, faisant tournoyer au-dessus de sa tête son arme de fortune. Mais avant qu’il n’atteigne la douzaine de gardes qui l’attendait de pieds ferme, certains d’entre eux s’écroulèrent ! Haroutioume, qui était sorti juste derrière, lançait ses pesants projectiles à la face des frêles humains. Et ceux qui n’avaient pas eu le manifeste honneur de voir leur visage se déformer sous l’inertie impitoyable de la rocaille projetée eurent le plaisir de ressentir leurs côtes gémissantes se plier sous les coups des maillons ferreux qui obéissaient, dociles, aux commandements musclés du capitaine de la veille garde.


En quelques minutes, que dis-je, en quelques secondes, tous les gardes étaient au sol. Et ils ne semblaient pas prêts à émerger pour les prochains jours. Les trois nains tournèrent dans tous les sens, scannant les environs et tentant de retrouver leurs attirails respectifs, qu’on leur avait confisqués avant de les enchaîner.


- Seriez-vous à la recherche de quelques items égarés, Messeigneurs ?


La voix fluette surprit les nains qui regardèrent autour d’eux, avant d’enfin comprendre que ces paroles avaient été prononcées par un jeune chat, enfermé dans une autre geôle et attaché à l’aide de sangles de cuir à une croix en bois !


- Bienvenue dans cette charmante prison, continua le félidé ! Je connais plutôt bien ces lieux, et si vous consentissiez à me libérer derechef, je me ferais un plaisir de vous guider dans ce charmant dédale !
- Comment pourrais-tu connaître ces lieux !
- Voyez-vous, répondit le matou, cette forteresse a été possession d’un ogre, puis de mon maître. Ce n’est que récemment que les sorcières sont venues s’y installer, après nous avoir fait enfermer, mon maître et moi ! Libérez-moi ! Vous n’aurez pas à le regretter !


_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 25 Juil - 21:05 (2011)    Sujet du message: La compagnie des lapins bleus Répondre en citant

C:\Users\pb\Pictures\crapaud.gif

Leso avait pénétré dans le village. Et il commençait à se sentir mal. Il s’était précipité à la suite de Doh, mais il se trouvait maintenant en fâcheuse posture. Pourquoi ? Était-il entouré d’une vingtaine de roublards armés de dagues acérées ? Non ! Avait-il inconsciemment provoqué le courroux de quelque dragon ? Non plus ! Mais alors qu’est-ce qui pouvait bien, malgré son fier cœur de nain, l’indisposer à ce point ?


En fait, cela vient d’un fait très peu connu, mais les nains n’apprécient guère la couleur bleue. Il supporte les saphirs, car ce sont des minéraux qu’ils peuvent vendre pour un bon tas d’or, mais tout nain vous dira que c’est, parmi tous les joyaux, celui qu’ils apprécient le moins. Pourquoi donc ? Était-ce une étrange malédiction ? Bien sur que non ! La raison de cette indisposition était simplement que le bleu leur rappelait la couleur de l’eau. De même qu’un matador enrage en agitant sa muleta écarlate, tout individu portant un tissu bleu était voué à être impitoyablement chargé par un nain en furie !


Et là, Leso se trouvé dans un véritable enfer ! Il ne pouvait se permettre de laisser sa fureur se mettre en travers de sa mission, car celle-ci l’aurait poussé à détruire la ville entière ! Si Doh s’y trouvait encore, il n’aurait aucun espoir de s’en sortir. Et la raison de cette rage incontrôlée, vous l’aurez compris, était la couleur de cette ville !


C’est bien simple, tout était bleu ! Le ciel était bleu, ça, c’est normal ! Mais le petit nuage blanc à côté du soleil était bleu aussi. Et le soleil lui-même était bleu d’ailleurs. Il avait pris un chemin, bleu, qui menait à ce village, bleu, et toutes les maisons étaient bleues ! Et sur cette place, bleue, où il se trouvait présentement, il y avait quatre platanes bleus, quatre bancs bleus ! Et un groupe joyeux, habillé de vêtement bleus, et armés de leurs instruments bleus, jouait un air de musique ! Un air de blues !


- Vous là, les interpella le mage !
- Oui ?


L’un des artistes releva la tête et Leso s’aperçut qu’il se trouvait face à un lapin, dont la fourrure, tel l’ensemble du paysage environnant, prenait la couleur du ciel azuré. Le mage nain sursauta et manqua de pulvériser le lapin à l’aide d’un de ses sortilèges létaux. Mais il avait des questions à poser, et il se retint de justesse. Il se renseigna alors, à propos de Doh :


- Je l’ai vu, lui répondit le lapin ! Il se dirige vers le château du prince et de la princesse ! Mais faites attention si vous le suivez ! On raconte que de sombres maléfices se sont abattus sur le castel !


_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mar 26 Juil - 20:54 (2011)    Sujet du message: Le loup aubergiste Répondre en citant

C:\Users\pb\Pictures\crapaud.gif

- Tu comptes avancer encore longtemps, demanda Lalaline ?
- Non !
- Et ? Pourquoi tu continues à marcher alors ? ça fait déjà plus de deux heures que le soleil est couché !
- Grand bien lui en fasse !
- Kociteb !
- Tu préférerais que je lui souhaite une bonne nuit, continua le démon, sarcastique ? Ce n’est pas dans mes habitudes !
- Je sais ! Mais tu es le seul à savoir où nous allons, et je suis donc bien obligée de te suivre, mais aucun château n’est visible dans les environs, alors je me demande vraiment ce que tu cherches !
- Il devrait y avoir une auberge à proximité, et je préfère en profiter !
- Tu veux qu’on reprenne une apparence humaine ?
- Pour subir une nouvelle humiliation ! Non ! Je préfère dormir dehors plutôt que de voir un bucheron tenter de s’inviter dans mon lit !
- Connais-tu le nom de l’auberge, reprit la démone ? Je pourrais tenter une recherche magique pour nous diriger !
- « Kiap Heurd Ugr Enmèch Enlou »
- Surement un lieu charmant !
- Une auberge qui a l’air plutôt sympathique !
- Borée, Euros, Zéphyr et Notos, je vous invoque. Apéliote, Calcias, Lips et Sciron, je vous appelle. Que les huit vents me répondent et me dirigent, dans la direction du lieu nommé « Kiap Heurd Ugr Enmèch Enlou ». Voici mon appel et voici mon ordre ! Obéissez à votre maître !
- Impressionnant, fit remarquer Kociteb tandis que les vents se déchainaient autour d’eux.
- Suis-moi, fut la seule réponse de Lalaline.
- Bien chef !
- …
- Tiens, reprit le démon après quelques minutes de marche ! J’aperçois une masure ! Nous sommes arrivés !
- Exactement, accorda Lalaline avant de se tourner vers un loup bipède et habillé qui sortait de la chaumière ! Bien le bonsoir, Sir Loup ! Nous sommes deux voyageurs qui souhaiterions le gîte et le couvert pour ce soir !
- Vous êtes les bienvenus, répondit leur interlocuteur ! Je n’ai aucun client, mais une belle tranche de gigot grille à la cuisine, et notre cheminée se fera une joie de vous réchauffer ! Je vous en prie, entrez !
- Merci, accorda Lalaline en pénétrant dans la bâtisse !
- Sympa, commenta Kociteb !
- Ma femme et moi sommes très fiers de cette auberge ! Je chasse moi-même les portions de viandes et je m’occupe de nos hôtes, tandis que ma femme fait mijoter des mets délicieux et s’occupe de la maisonnée !
- Pourquoi n’y a-t-il personne d’autre ? Est-ce du à la période de l’année ?
- Non, répondit le gérant ! Il y a encore quelques années, de nombreuses gens venaient passer la soirée chez nous, mais récemment, plusieurs hôtels ont été bâtis, et ils me volent toute la clientèle ! Et en plus, ils ne respectent même pas les règles de l’hygiène !


_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mer 27 Juil - 21:15 (2011)    Sujet du message: Mouche, pauvre Mouche Répondre en citant

C:\Users\pb\Pictures\crapaud.gif

- Euh, Bien, mo… Bien, capitaine Sparrow !


Le matelot se mit au garde à vous, de manière plus qu’approximative, ne souhaitant pas fâcher quelque puissant corsaire. Puis il se tourna et partit en courant. Il murmura quelques mots, et un homme petit et bedonnant, portant fièrement une chemise striée de rayures bleues et blanches horizontales, et arborant, avec toute la dignité qu’il est possible d’avoir dans un tel accoutrement, un bonnet à pompon rouge.


- Bien le bonjour, voyageurs !
- Êtes-vous le capitaine, demanda Beti ?
- Non ! Je suis son second !
- De même que moi, continua le ménestrel, Toubarantino se désintéressant de la conversation pour examiner le bateau. Je suis Beticok Sqazle, mais appelez-moi Beti !
- Je le ferais ! Quant à moi, on m’appelle « Mouche ».
- Drôle de nom !
- Un surnom, j’en ai peur, mais je le porte depuis si longtemps que j’en ai oublié comment je me prénomme !
- Cela doit être bien triste !
- Plus ou moins !
- Eh bien Mouche, nous serait-il possible de monter à bord de ce navire ?
- Cela ne devra pas poser de problème, mais il y a cependant un point que nous devrions discuter ?
- Certainement ! Mais quel est-ce ?
- Ceci concernerait votre… animal de compagnie !
- Mon animal de compagnie, demanda Beti perplexe ? Je n’ai rien de tel !
- Si ! Votre monture !
- Ah ! Le croco ! Ce n’est qu’une bien piètre créature qui, attirée par la faim et son estomac grommelant, a eu le malheur de tenter nous ajouter à son repas. Nous lui avons juste enseigné les bases de la politesse.
- Certes, certes, répondit Mouche ! Mais il se trouve que notre bon capitaine, malgré son cœur droit et valeureux, tient ces animaux, les crocodiles vous comprendrez, en une profonde et sainte horreur. Il serait donc préférable que celle-ci ne vous suive pas à bord de notre navire ! A part cela, vous êtes les bienvenus !
- Eh bien, s’exclama Toubarantino ! Nous n’avions pas prévu de garder la bête ! La relâcher, ou en faire la ripaille du soir, faites donc comme bon vous semble !


Et c’est ainsi que les deux elfes du peuple des Haladins joignirent cet équipage, relâchant alors le crocodile dans la mer. Et le tic-tac qui résonnait à proximité de l’animal s’éloigna rapidement du navire, et des deux êtres qui lui avaient moult frayeurs et douleurs.


_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Jeu 28 Juil - 21:52 (2011)    Sujet du message: Le marquis de Carabas Répondre en citant

C:\Users\pb\Pictures\crapaud.gif

Les trois nains avaient délivré le chat, qui les avaient rapidement menés à une remise, dans laquelle ils avaient eu le bonheur de retrouver tout leur attirail. Le chat lui-même s’était vêtu d’une paire de bottes, d’un baudrier dans lequel pendait une courte lame, d’une veste à sa taille, et d’un chapeau orné d’une plume. Il avait également récupéré certains atours qui appartenaient à son maître, qu’il comptait bien évidemment libérer.


Ce qui se fit assez rapidement, car avec le soutient des trois nains, maintenant armés selon leur préférences, il eut tôt fait de parcourir toutes les geôles, ne laissant dans son sillage que les corps inanimé des malheureux soldats qui s’étaient interposés. Et sitôt l’avait-il trouvé qu’il s’occupa de libérer et d’aider son maître.


- Salut, avait dit XnaruX !
- Je vous souhaite le bonjour, s’était incliné, avec une plus grande maitrise du protocole et de l’étiquette, Haroutioume !
- Merci, avait répondu l’homme
- Vous êtes bien l’ancien propriétaire de cette bâtisse, si je ne m’abuse ?
- Certes, certes, avait acquiescé l’homme ! C’est bien moi !
- Je suis Haroutioume de la lignée des Tioumes, et premier chevalier des Haladins de Brethil, défenseur de Barak Azril et conseiller du Haut-Roi Thurin ! Voici Gwarzzy et XnaruX, respectivement capitaines de la vieille et de la jeune garde des terres de Brethil !
- Je suis le Marquis de Carabas, maître de ce castel et des terres environnantes ! Je pourrais vous souhaiter la bienvenue, mais il me semble que l’hospitalité qui vous ait été offerte ne fut point grandiose…
- En effet, répondit Harou, mais ne vous en faites point, nous avons déjà vécu pire !
- Que voulez-vous de moi, parvint à demander l’homme chancelant ?
- Nous souhaiterions votre aide !
- En mon état, j’ai peur de ne point être d’un grand secours, soupira l’homme, éreinté, alors qu’il peinait à se tenir debout.
- Ne vous inquiétez pas ! Pour ce qui est de la force de frappe, nous avons ce qu’il nous faut ! Vos bras, même en pleine forme, n’apporterait que peu de renfort !
- Que voulez-vous alors ?
- Un guide, pour nous retrouver dans ce château, et un homme qui connaisse suffisamment ces contrées pour nous indiquer la route !
- Je serais ravi de vous aider ! Mais si vous chercher les sorcières, vous ne les trouverez pas ici !
- Pourquoi, s’inquiéta Harou, dépité de l’échec de son plan ?
- Elles ont fait une pause ici pour ressusciter l’ogre qui régnait autrefois sur ce château, et lui rendre sa souveraineté ! Elles ont laissé des prisonniers sous sa garde, c’est-à-dire nous tous, puis sont partie rejoindre leur propre demeure ! Elles ne laissent que leurs plus fidèles serviteurs pénétrer celle-ci !
- Eh bien au moins nous aurons apprit cela ! Nous nous mettrons en route vers cette demeure dès que nous aurons battu le seigneur des lieux !


_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Sam 30 Juil - 23:34 (2011)    Sujet du message: Leso, un hérisson, une fleur, et un caillou Répondre en citant

C:\Users\pb\Pictures\crapaud.gif

Leso se dirigeait maintenant vers le château. Il était étonné, et plus encore, par la distance faramineuse que Doh avait pu parcourir en étant perdu ! Si ce nain manquait certes de cervelle, ses jambes semblaient avoir reçu assez de muscle pour compenser. Car malgré le fait qu’il se dirigeait à la sauvette, ne sachant se diriger, et faisant de nombreuses boucles inutiles, le nain simplet distançaient le mage Haladin, qui n’étaient pas vraiment une demi-portion (En fait si, vu qu’il est un nain, mais il restait cependant robuste).


La foulée de Leso était rapide, et rapidement, le village bleuté disparu sous ses enjambées. Il passa devant un arbre qui portait tant et tant d’oiseaux aux couleurs bigarrées qu’on aurait pu le croire en fleur, mais il n’y accorda qu’un rapide regard avant de continuer sa route. Il aperçut un animal étrange, qu’il ne connaissait pas, qui enfouit précipitamment sa tête dans le sable quand elle croisa son regard. Mais encore une fois, ce ne fut point assez pour qu’il arrête de courir. Il s’arrêta quand il posa le pied sur un objet pointu, et piquant !


- Whaiy ! ça pique, s’exclama-t-il alors !
- C’est toujours pareil, fit remarquer une voix ! Les gens disent toujours que ça pique….
- Qui est- là ?


Leso se tourna dans tous les sens, cherchant d’où pouvait provenir la voix. Mais quelle que soit la direction, il n’avait sous les yeux qu’un paysage vide. Il invoqua ses pouvoirs et se retrouva enrobé d’une aura violacée. Il voulait voir si la créature qui lui adressait la parole le faisait depuis un quelconque plan astral, mais il ne percevait rien d’anormal !


- Comme tous les bipèdes, continua une seconde voie, féminine celle-ci, il s’agite dans tous les sens dès que nous parlons !
- Ces gens obtus ne nous regardent jamais, reprit une troisième voix !
- C’est toujours pareil ! Il regarde autour d’eux, s’inquiètent d’apparitions étranges, puis regardent au-dessus, dit la première voix alors que Leso levait bel et bien les yeux au ciel, mais ils ne pensent jamais à regarder à leurs pieds.


En entendant cela, le mage nain baissa les yeux. Il fixa pendant quelques secondes ses interlocuteurs avant de se frotter énergiquement les yeux. Puis son regard se posa à nouveau sur les êtres (vous devrez vous satisfaire de ce terme, aucun autre ne pouvant décemment décrire la variété et l’étrangeté des trois interlocuteurs de Leso). Après cela, le mage nain commença à réfléchir plus que sérieusement, semblant compté sur ses doigts !


- C’est toujours pareil, dit le premier de trois ! Les gens nous ignorent toujours quand on parle et commencent à avoir des attitudes bizarres !
- Eh ! C’est quoi ton problème le géant, dit le troisième ?
- Cinq… seulement cinq, murmura Leso, plus pour lui-même que pour les trois êtres qui lui faisaient face ! Ce n’est pas normal, continua-t-il en se plaquant le dos de la main sur le front !
- Seriez-vous souffrant, s’inquiéta la seconde voix ?
- Je ne semble pas l’être, mais je dois pourtant être malade pour avoir de telles hallucinations ! Et je ne peux pas être bourré après seulement cinq tonnelets de bières !
- Quelle hallucination, demanda la seconde voix ? Voyez-vous des choses étranges autour de nous ?
- C’est de nous qu’il parle idiote, lui expliqua la troisième voix ! Il croit que nous sommes des tours que lui joue son esprit !
- Que pourriez-vous être d’autre ?
- C’est toujours pareil ! Les gens…
- La ferme toi ! On sait que c’est toujours pareil ! Eh le géant ! On est réel, et t’as marché sur mon pote ! C’est quoi ces manières, tu ferais mieux de t’excuser ! T’attends quoi, planté là comme un piquet ?
- C’est vrai que ce n’est guère poli, fit remarquer la seconde voix !


Leso admit enfin que ce qu’il voyait était bien réel, ayant vérifié avec exactitude qu’il n’était ni malade, ni empoisonné par quelques substances étranges, ni soumis aux effets de son breuvage préféré. Il se mit à genou pour se rapprocher des trois êtres, et il sourit, mais d’un sourire froid, du genre dangereux ! Mais les trois amis n’avaient jamais rencontré quelqu’un comme lui, et ils n’avaient aucune idée de la signification de ce sourire. Et en face de Leso se tenait trois êtres étranges, et doués de parole : le premier était un hérisson, la seconde une petite fleur, et le troisième un caillou véhément


- Alors, demanda le caillou ?
- Vous avez raison, fit remarquer Leso ! Il serait plus civilisé de m’excuser…
- Eh bien faites-le, reprit le caillou !
- Mais je ne suis pas civilisé, le détrompa Leso
- Que… ?
- Les cailloux, je les brise en espérant trouver des gemmes et joyaux ! Mais je n’ai pas les outils adéquats sur moi, et tu sembles de bien trop mauvaise facture pour m’intéresser ! Je t’écarterais seulement de mon chemin alors !
- Mais… mais… arrête, se débattit le caillou alors que Leso le ramassait et le jetait au loin !
- Les fleurs, continua le nain, c’est un truc d’elfe !
- Non... non… au secours, cria la fleur tandis qu’il lui arrachait les pétales avant de la piétiner !
- Et tous ceux qui m’ont blessé, finit le nain, l’ont regretté amèrement…
- Pitié, je n’ai pas fait exprès, supplia le hérisson tandis que Leso tendait son bâton luisant de pouvoir vers lui !
- Ce n’est pas grave ! Je n’ai jamais épargné quelqu’un pour une telle raison, fit remarquer le nain avant d’achever l’animal.


_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 31 Juil - 22:02 (2011)    Sujet du message: Un loup, et les problèmes de l'hotelerie Répondre en citant

C:\Users\pb\Pictures\crapaud.gif

Kociteb et Lalaline étaient attablés dans la douce chaumière, et profitaient des mets délicieux concoctés par la femme du gérant. Le gérant s’occupa de ramener quelques chopines de bière, et comme il n’y avait aucun autre client, il s’attabla au côté des deux démons.


- Alors, demanda Lalaline, quels sont ces problèmes que vous rencontrez avec la concurrence ?
- Il n’y a pas si longtemps, trois frères cochons se sont installés dans le voisinage ! Ils étaient sympathique au départ, mais j’ai fini par me rendre compte qu’ils avaient acheté des terrains non loin de chez moi pour y bâtir de la concurrence ! Ce n’est pourtant pas les zones sans auberges qui manquent dans ce pays !
- Vrai, remarqua Kociteb ! On a traversé un bon bout de pays sans trouver une seule auberge, alors quatre dans le même coin !
- Il n’y en a plus que deux…
- Tiens, aurais-tu brûlé la concurrence ?
- Vous comprendrez bientôt !
- Continue donc, reprit Lalaline !
- Je suis allé leur en parler, leur demander pourquoi ils faisaient ça, et ils m’ont répondu que comme ma clientèle savait déjà qu’ils pouvaient trouver une auberge par ici, ils n’auraient pas besoin de faire trop de publicité ! Juste de me voler mes clients avant qu’ils arrivent chez moi ! Au début ça se passait bien, car mes plus fidèles clients refusaient le compromis, mais ils ont été menacés, et depuis quelques temps, la plupart des soirées sont complètement vides ! Seuls les voyageurs comme vous osent encore venir !
- Et pour les deux hôtels qui ont disparus ?
- Quand ils commencé à menacer mes clients, j’ai vu rouge…
- La petite ?
- Quoi, s’étonna le loup de l’interruption ?
- La petite fille qui s’appelle Rouge, précisa Kociteb ?
- Non, non, je voulais dire que j’ai été furieux !
- Compréhensible, commenta le démon.
- Je suis allé voir le premier hôtel, le seul des trois qui fonctionnait vraiment à ce moment ! C’était seulement une charpente en bois, quelques toiles à la place des murs, et un toit de chaume. J’ai toujours eu un bon souffle, et le cochon m’avait énervé ! J’ai soufflé un coup, et tout s’est envolé ! Mais il est allé se réfugié chez son frangin ! J’ai récupéré un peu de clients, mais des que le second hôtel a ouvert, tout a recommencé ! Celui était entièrement en bois, et avait une allure de pavillon plutôt que de bouge infâme ! Mais mon souffle a également suffit à ramener les choses à la normale !
- Et les deux cochons se sont réfugiés chez l’ainé, devina Kociteb !
- Oui, confirma le gérant ! Mais lui a bâti un château ! Avec des pierres de plusieurs centaines de kilos ! Je n’ai pas pu le faire trembler, et ma clientèle a peu à peu disparue !
- Ça pourrait être drôle de s’occuper de ça, sourit Lalaline !
- Je sens qu’on va les effrayer, acquiesça Kociteb.


_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 1 Aoû - 22:19 (2011)    Sujet du message: Crochet! On veut Crochet! Répondre en citant

C:\Users\pb\Pictures\crapaud.gif

Les deux elfes partageaient joyeusement quelques tonnelets de rhum avec le jovial équipage. Dès que la nuit était tombée, les flibustiers avaient sorti les réserves d’alcool et de nourritures, et ils dansaient maintenant sur le pont. Certains faisaient même des numéros d’équilibriste au sommet des mats. Beticok avait improvisé quelques histoires de drakkars et de terrible batailles navales, qui faisaient applaudir les bandits des mers, tandis que Toubarantino exerçait son œil critique, et donnait des astuces aux matelots un peu trop doux pour sembler plus menaçants.


- Avance ta mâchoire inférieure et grogne !
- Une cicatrice sur la joue serait la bienvenue !
- Fronce les sourcils !


Et ainsi il donnait par là où il passait de judicieux conseils, qui permettaient à certains membres de l’équipage, à l’allure peu mature, d’obtenir un cachet un peu plus effrayant. Et rapidement, même les brutes endurcies vinrent lui demander des conseils, connaissant l’effet dissuasif qu’une apparence réellement terrifiante pouvait avoir sur un ennemi.


Puis quand la lune passa à la tête du mat, le second rondelet du capitaine se mit à courir de part et d’autre du pont, s’exclamant d’une voix rendue aigüe par un mélange étrange de joie et de crainte :


- Il arrive ! Il arrive ! Il va se joindre à nous se soir ! Faites place, le capitaine va venir parmi nous !


Instantanément, tous les pirates se levèrent et préparèrent le pont. En moins de dix minutes, le pont fut nettoyé, une tablée installée, les tonneaux de rhum soigneusement installés, et un tapis rouge déroulé depuis la porte de la cabine du capitaine jusqu’au bout du pont. Puis tous les flibustiers se figèrent, presque dans une position de garde-à-vous. Et à ce moment, le second, celui qui se faisait surnommé Mouche, ouvrit la porte.


Un silhouette se détacha des ombres, et franchit d’un pas le seuil de la cabine. Il portait des bottes de cuir sombre, un pantalon et une veste écarlates qui faisaient ressortir le noir obscur de sa crinière et de sa barbe. Ses yeux étaient deux abysses de ténèbres. Une lame battait son flanc droit, et à la place de sa main, de ce même côté, il avait un imposant crochet en argent.


- Mes amis, mes camarades ! Ce soir, fêtons dignement nos invités ! Demain, nous irons affronter à nouveau la vermine volante ! Buvez à en oublier vos noms, demain, nous nous gorgerons du sang de nos ennemis !
- Crochet ! On veut Crochet, l’acclama l’équipage en délire !




_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 8 Aoû - 21:41 (2011)    Sujet du message: Il était une fois Répondre en citant

C:\Users\pb\Pictures\crapaud.gif

Ils sont trois. Ils sont petits. Et ils se tiennent debout, sans peur, avec fierté et majesté, sur le seuil de la grande salle du castel. XnaruX sert de ses doigts endoloris sa baguette, et invoque de son esprit calme son mana. Gwarzzy tient fermement son arme, un artefact ancien, étrange, dont le fonctionnement est un mystère pour les plus grands mages. Mais cette arme à lames rotatives possède sans aucun doute un incroyable pouvoir de destruction qui a séduit le nain. Quant à Harou, il porte négligemment son arc lourd dans la main  droite, et un carquois rempli de pieu dans son dos. Son bras droit est prêt à activer sa catapulte de poche, et un étrange mécanisme, surnommé « Carnage dansant », sa dernière invention en date, se trouve derrière lui.


Il est seul. Il est grand. Il est laid. Son visage repoussant est couvert de furoncle verdâtre alors que la masse pesante de son corps gigantesque repose lourdement sur un trône d’ossements, et un sourire qui dévoile des dents pourries s’affiche avec arrogance parmi ses traits infernaux. Il tient à la main l’équivalent d’un bâton de mage, composé uniquement d’os de différentes origines, mais qui contrairement à ses cousis à la taille absurde d’une colonne de soutien. Deux mètres cinquante de haut, et bien trente centimètres de diamètres, cette arme pourrait aussi bien servir de massue que de vecteur pour des pouvoirs magiques.


- Oh, s’exclame l’ogre imposant, un air ravi s’affichant parmi la laideur de son visage ! Voici trois apéritifs qui viennent gentiment s’offrir d’eux-mêmes à mon estomac affamé pour l’apaiser !
- La seule chose qu’on va faire à ton estomac, répond Haroutioume, ce n’est le remplir mais te l’ouvrir en deux !


Et sans attendre, le nain active sa catapulte de poche, qui lance une pierre de la taille d’un boulet de canon (c’est plus petit qu’une vrai catapulte, mais il faut quand même de sacrées poches !) au visage de l’ogre, qui évite le projectile d’une roulade. Puis il invoque un bouclier pour dévier un sortilège de XnaruX et dresse son bâton pour bloquer la charge de Gwarzzy. Mais il n’est pas assez vif pour éviter le pieu qui vole a sa rencontre, et lui transperce l’épaule gauche, alors même que le « Carnage dansant » le cueille au creux du genou, le forçant s’affaisser.


Mais l’ogre possède bien des ressources, et il invoque son pouvoir de métamorphose. Tout à coup, son corps se couvre d’écailles aussi solides que du mithril, des crocs et des griffes prennent la place de ses dents et de ses doigts, et des ailes poussent dans son dos. Les trois nains se retrouvent face à un imposant dragon, et l’ogre manque d’éclater de rire.


- Vous allez mourir, s’exclame-t-il ! Personne n’a jamais survécu à cette métamorphose…



_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mar 9 Aoû - 23:03 (2011)    Sujet du message: Il était une fois Répondre en citant

C:\Users\pb\Pictures\crapaud.gif

Leso continua sa course, traversant d’étranges paysages, et n’attardant jamais son attention sur ceux-ci plus longtemps que nécessaire. C’est ainsi qu’il traversa une plaine dévastée, qui ne semblait point être de ce monde-ci, sur laquelle se trouvait un être étrange, plus étrange même qu’un elfe sylvain (et pour un nain, il n’y a quasiment aucune créature dans cette dimension et au moins dans quatre autres qui soit plus étrange qu’un elfe). Mais le mage nain ne prit pas le temps d’être curieux et continua à courir.


Puis il traversa une forêt dans laquelle il croisa une grand-mère qui poursuivait un loup, le frappant jusqu’au sang de sa canne contondante, alors que la pauvre bête gémissait de douleur. Mais même la vue du sang ne le dévia de son objectif. Puis il croisa un raton noir et blanc, qui se lamentait lourdement, et ne ralentit point, même pour rajouter aux malheurs de la triste créature. Enfin, il dépassa une ferme dans laquelle se trouvait un coq et un âne, qui bataillait fermement, armés de filets à papillon, et conversant à mots entrecoupés et à phrases hachées, se comprenant cependant parfaitement.


Et après avoir traversé tout ces étranges paysages, ces étranges contrées, il arriva enfin en vue du château, à temps pour apercevoir Doh passer la porte. Il accéléra, ne prêtant aucune attention aux sombres nuages qui trônaient fièrement dans les cieux, au sommet du ténébreux castel. Il ne prêta guère d’attention aux murailles et aux douves, et se précipita à l’intérieur, pour se trouver devant un scène de destruction absurde.


Une sorcière, portant une robe d’obscurité, aux cheveux plus sombres que les nuits sans lunes, et aux yeux brillants de la lumière de l’astre nocturne, flottait négligemment sur son balais doré, alors que de ses mains jaillissaient des éclairs argentés, brisant tout autour d’elle. Doh, effrayé (enfin ! La première réaction qui pourrait être considéré comme provenant d’un semblant d’intelligence depuis le début), se cachait dans un coin, se cachant derrière les débris des meubles qui avaient subis la colère de la magicienne.


- Arrête-toi !


En prononçant ces mots, Leso sortit son étrange baguette, portant une tête miniaturisé au bout. Puis il invoqua son pouvoir et il sentit la présence des âmes des défunts qui lui tournaient autour alors que son corps était enveloppé d’une aura violacée. Mais la sorcière éclata de rire pour toute réponse :


- Tu veux m’arrêter ? Avec cette baguette ?


_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Beticok Sqazle
Menestrel

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mar 2011
Messages: 879
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mer 10 Aoû - 23:00 (2011)    Sujet du message: Il était une fois Répondre en citant

C:\Users\pb\Pictures\crapaud.gif

Les deux démons avaient pris un peu de repos, puis s’étaient laissés menés par le loup gérant d’auberge vers le dernier investissement immobilier, ou complexe touristique, des petits cochons. Et malgré la splendeur du château en pierre, à la place des douves se trouvaient d’étranges plaines boueuses, surement une petite touche de nostalgie de la part des propriétaires des lieux. Mais les démons n’étaient pas venus pour cela.


- Vous venez à nouveau, s’exclama un de ses infâmes mini-porcs en passant son cou graisseux par une fenêtre !
- J’ai amené des compagnons cette fois !
- Salut cochonnet, le salua Kociteb, sors donc la broche et les buches, ça fait longtemps que je n’ai pas mangé du rôti de porc cuit au feu de bois !
- Nous allons faire le vent souffler, souffler encore et souffler si fort que votre toiture s’envolera, que les pierres se descelleront, et que le bâtiment s’écroulera, le prévint aimablement Lalaline.


Pour toute réponse, le cochon leur rit au nez et claqua la fenêtre, avec assez de force pour faire trembler les battants de tout un étage. Une veine apparut sur le front de la démone, et alors qu’elle pulsait, Kociteb attrapa le bras du loup et s’éloigna avec lui du château. Quand il fut enfin à une centaine de mètres de Lalaline, il consentit à s’expliquer au loup qui ne comprenait pas les derniers évènements.


- Elle est furieuse maintenant ! Tu n’auras pas besoin de souffler cette fois, les vents s’en chargeront à ta place !
- Les vents ?


La voix du loup était emplie de doute, ne comprenant pas la signification des mots du démon. Mais il recula tout de même pour se soumettre aux recommandations. Lalaline commença à réciter ses mots de pouvoirs, invoquant les vents des quatre directions mineures et des quatre directions mineures, les invitant à répondre à son appel et à se combiner autour d’elle.


D’abord, on pût sentir l’arrivée d’une douce brise, alors que l’herbe commençait à onduler au rythme des vents. Puis l’orée des bois commença à chanter, de ce sifflement étrange des courants d’air traversant les feuillages épais des arbres. Le château répondit à cet appel, alors que les vents se renforçaient et faisaient vaciller les hautes tours de l’orgueilleux palis-hôtel des trois petits cochons. Quelques fenêtres s’ouvrir, laissant passer les visages apeurés de malheureux clients qui assistaient, en première place, à la catastrophe, mais un Haladin n’arrête jamais une destruction entamée, et surtout pas à cause de malheureux dommages collatéraux.

_________________
Beticok Sqazle,
Ménestrel des Cauchemars,
Chroniqueur des terres de Brethil,
Baladin des Haladins,
Haut-Érudit de Barak Azril,
Spectre de la Citadelle Argenté,
Victime de la grande Bibliothèque,
Terreur des terreux.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:40 (2018)    Sujet du message: Il était une fois

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Haladins de Brethil Index du Forum -> Salle des archives -> Oubliettes ! -> L'Antre de Beticok Sqazle -> Chroniques de Beticok Sqazle Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
Page 2 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com